-- -- -- / -- -- --
Culture

La nécessité de la formation

La nécessité de la formation

Lors d’une rencontre culturelle Récit et théâtre, ce lundi 03 avril, au Palais de la Culture Mohamed Laid-Al Khalifa de Constantine, le metteur en scène Amar Simoud a insisté sur la nécessité de promouvoir la production théâtrale par la formation des jeunes talents.

Pour ce metteur en scène, l’ouverture des portes du théâtre aux jeunes talents et aux diverses initiatives contribue à la promotion du 4e art en Algérie.

En s’exprimant en marge de la rencontre culturelle Récit et théâtre, M. Simoud a estimé que le théâtre algérien a vécu son âge d’or au cours des années quatre- vingt pour connaitre par la suite un passage à vide durant la décennie noire, il a su aujourd’hui se réconcilier avec son public grâce à la conjugaison des efforts des responsables du secteur de la culture et plus particulièrement de ceux du quatrième art. 

Le metteur en scène a néanmoins déploré le nombre insuffisant de dramaturges ayant une formation académique pour l’écriture théâtrale, et cette tendance qu’a bon nombre de ces derniers à se tourner vers des adaptations qui sont généralement en deçà des attentes du public, insistant sur l’importance de la formation.

En dressant le tableau de la scène théâtrale constantinoise, Amar Simoud a mis en avant « le grand changement de mentalité chez la société algérienne à l’égard de cet art et des comédiens, preuve en est, l’émergence de nouveaux talents féminins à l’image de Naoual Aouak et la metteure en scène Chahinez Maghouache qui participera avec sa pièce Nissa el madina (Les femmes de la ville) à la manifestation Mostaganem capitale du théâtre, prévue au programme du lundi 03 au samedi 08 avril courant.

De son côté, le metteur en scène Yacine Tounsi est intervenu sur le grand rôle que se doit de jouer le théâtre dans la société le qualifiant de « voie thérapeutique », citant à ce titre l’exemple de spectacles joués dans les pays étrangers qui ont permis à des enfants de guérir de certaines pathologies, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Il a, à ce propos, appelé les différentes parties concernées à s’inspirer de ces expériences afin d’habituer le jeune public à la scène et de créer une relation conviviale entre les bambins via l’utilisation d’un langage simple et clair.

Cette rencontre, initiée par la direction de la culture de Constantine, s’est articulée autour de communications aussi riches que pertinentes portant notamment sur La nécessité d’investir la rue et d’aller vers le citoyen afin d’assurer une diffusion plus large des œuvres dramaturgiques.

A ce sujet, Yacine Tounsi a pris l’exemple de l’association El Tedj de Bordj Bou Arreridj qui s’évertue depuis plus de dix ans maintenant à jouer sa pièce Djha, troquant les planches du théâtre pour le bitume de la rue. Cette rencontre s’est tenue dans le contexte du huitième Printemps théâtral (27 mars-04 avril) de Constantine qui a rendu hommage à nombre d’artistes et de dramaturges en algériens en présentant plusieurs pièces.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email