-- -- -- / -- -- --
Culture

La mémoire des films : Restauration, archivage et stratégie

La mémoire des films : Restauration, archivage et stratégie

Lors du colloque international d’Alger La mémoire des films : préserver le patrimoine cinématographique, il sera question de la mise en place de stratégies pour la préservation du patrimoine audiovisuel en Algérie, ces samedi 14 et dimanche 15 octobre à la Bibliothèque nationale.

Initié par le ministère de la Culture, en collaboration avec le programme d’appui de l’Union européenne, ce colloque sera animé par des ateliers et des conférences sur la sauvegarde de la mémoire cinématographique avec des professionnels internationaux, régionaux et nationaux. 

Lors de l’ouverture de cette rencontre, le directeur général des archives nationales, Abdelmadjid Chikhi a regretté de voir les institutions algériennes et internationales « œuvrer en autarcie », il a affirmé n’avoir « pratiquement jamais collaboré » avec des entités comme la Cinémathèque algérienne ou le Centre national du cinéma et de l’audiovisuel, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Il a estimé que les archives nationales devraient être le « réceptacle des travaux sur la mémoire ». Il a alors invité les intervenants dans ce secteur à s’unir pour « établir une stratégie commune et améliorer les conditions » de conservation et l’état des archives filmés, jugé « catastrophique ».

De leur côté, le président de la Fédération internationale des archives filmiques, Fréderic Maire, et le Secrétaire régional de la Fédération panafricaine des cinéastes ont réaffirmé le rôle et l’importance du travail accompli par les cinémathèques dans la préservation de la mémoire filmique.

Dans ce sens, le réalisateur et producteur égyptien, Ahmed Atef, a déploré la perte par son pays de « près des deux tiers » de son patrimoine cinématographique, en raison de l’absence d’une cinémathèque égyptienne.

Il a précisé que ce patrimoine, « aujourd’hui majoritairement détenu par des chaînes de télévision saoudiennes et américaines », ajouté à cela la dégradation de plusieurs centaines de films, stockés dans de mauvaises conditions ou ravagés par les flammes suite à des sinistres, prive l’Egypte d’un pan important de sa mémoire.

Quant à la la chef de projet World Cinema Project, Cecilia Cenciarelli, de la cinémathèque de Bologne en Italie, elle a rappelé qu’elle a entamé aux fins de la restauration des recherches sur sept films algériens dont Chroniques des années de braises et Le vent des Aurès de Mohamed Lakhdar Hamina.

Tout en saluant « les efforts des responsables de la cinémathèque depuis sa création, en particulier ceux de son ancien directeur Boudjemaa Kareche, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi a, lui, rappelé, devant les participants au colloque, que l’objectif de son département est de « récupérer les négatifs des films algériens entreposés à l’étranger » depuis plusieurs décennies.

Le chef de délégation de l’Union européenne, John O’Rourke, est, lui, revenu sur les réalisations du programme d’appui de l’Union européenne au patrimoine culturel algérien qui a, entre autres, dispensé des formation en matière de préservation et de restauration des archives audiovisuel et photographiques.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email