-- -- -- / -- -- --
Culture

La Medersa ou l’archétype d’une architecture urbaine

La Medersa ou l’archétype d’une architecture urbaine

Edifice emblématique de la cité, surplombant le ravin du Rhumel, la Medersa de Constantine, une magnifique bâtisse de style néo-mauresque, longtemps sous-exploitée, sera ressuscitée à la faveur de l’opération en cours de réhabilitation et d’équipement qui en fera un centre dédié aux figures historiques et culturelles de l’antique Cirta en prévision de la manifestation Constantine, capitale 2015 de la culture arabe”.

Implantée en haut d’une impressionnante falaise, à côté de la passerelle Mellah-Slimane (ex-Perrégaux), à proximité de Chatt, l’artère principale de la vieille ville et du mythique café Nedjma, la Medersa, une construction coloniale datant du début du vingtième siècle, est, de l’avis de nombreux architectes-urbanistes « un joyau architectural unique, emblème de l’architecture néo-mauresque ».

Immortalisant le métissage de deux cultures et de deux architectures antagonistes, orientale et occidentale, la Medersa est un établissement d’enseignement supérieur construit, entre 1906 et 1909 pour former les cadres de la justice et du culte musulman. L’œuvre est de l’architecte Pierre-Louis Bonnel, sur des dessins d’Albert Ballu, inspecteur général à l’époque du service d’architecture de l’Algérie. Elle regorge des valeurs architecturales intrinsèques et extrinsèques plurielles. Une façade captivante avec quatre coupoles vertes et un dôme central, assorties à un vestibule avec un porche imposant s’ouvrant sur une belle cour dallée de marbre et une fontaine stylisée qui rappelle la délicatesse de l’architecture arabo-musulmane.

A l’intérieur une floraison esthétique alliant grâce, finesse et beauté est visible sur les sculptures et les colonnades. L’ensemble des murs est tapissé, à mi-hauteur, de carreaux de faïence lambrissée. Sur le chantier de réhabilitation de l’édifice, la phase de réparation des infiltrations d’eaux et du confortement de plusieurs endroits de la bâtisse est « bien avancée », affirme Mohamed Zaâf, architecte et chef de projet.

Suivront ensuite des travaux d’étanchéité devant consolider les différentes structures du monument. Une équipe pluridisciplinaire composée d’Européens et d’Algériens, spécialisés dans la restauration, est sollicitée pour la deuxième phase de la réhabilitation de la Medersa, selon M. Zaâf qui précise que le respect du style architectural de la bâtisse et la reprise à l’identique de ses éléments ornementaux seront « le fil conducteur » de l’étape de mise en valeur de l’édifice. L’espace élevé au rang de « Centre des figures historiques et culturelles de la ville de Constantine » sera équipé d’un éclairage muséographique et doté d’ascenseurs et d’accès pour personnes à mobilité réduite.

Premier noyau de l’université

Inaugurée en avril 1909 pour former des auxiliaires musulmans de la justice et renforcer, par ricochet, la domination coloniale, la Medersa de Constantine, véritable temple du savoir, à l’instar de celles d’Alger et de Tlemcen a formé des générations de lettrés bilingues. Forts de leur double culture, les Médersiens ont manifesté une résistance identitaire, intellectuelle, linguistique, religieuse et culturelle et constituèrent une cuvée des cadres de la nation.

Le penseur Malek Bennabi (1905-1973) s’est penché sur les problèmes de civilisation en général et ceux du monde musulman en particulier, à qui on doit le concept de « colonisabilité », il est l’un des Médersiens les plus illustres de Constantine. M’hamed Benguettaf (1939-2014), dramaturge, homme de théâtre et comédien est également un élève de la Medersa de Constantine. Ce lieu du savoir a dispensé des cours de grammaire et de littérature arabe, de droit, de jurisprudence, de théologie, de langue française, d’arithmétique et de géométrie. Au terme de trois années d’étude, les candidats admis aux examens reçoivent le Brevet d’études musulmanes.

En 1951, la Medersa est érigée en lycée d’enseignement franco-musulman, avant de devenir un lycée national. En 1966 l’édifice est attribué au secteur de l’enseignement supérieur pour y loger une annexe de l’université d’Alger qui constitue le premier noyau de l’université de Constantine. Après 1971, date de la réception de l’université de Constantine, la Medersa est transformée en bibliothèque universitaire, avant de devenir le Centre universitaire de recherche et de réalisation (CURER).

Dans les années 1990, la structure sera transformée en centre de documentation spécialisé dans les mémoires de fin de cursus de graduation et de post-graduation, avant de devenir le siège de l’ex-académie universitaire, pour abriter ensuite, dans les années 2000, le siège de la fondation Benbadis et la cellule de réhabilitation et de sauvegarde de la vieille-ville. L’émergence de la Medersa en centre dédié aux figures historiques et culturelles de la ville est « une seconde vie » pour cet édifice à travers lequel la cité remontera le temps, transcendera le passé et mettra à l’honneur les femmes et les hommes qui ont marqué l’histoire du Constantinois.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email