La loi électorale sera révisée en profondeur – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

La loi électorale sera révisée en profondeur

La loi électorale sera révisée en profondeur

Les dernières locales anticipées ont crée de vives polémiques au sein des milieux politiques. Au cœur des débats, la loi électorale fut souvent mise à l’index, notamment dans l’interprétation de certains dispositifs controversés. Des dizaines d’APC et APW ont connu des blocages dans la désignation du maire.

Des alliances ont été bâties sur la base d’interprétation d’un article de cette loi, créant des conflits et poussant même certaines formations politiques ou des candidats à déposer des plaintes au niveau des tribunaux administratifs ou au Conseil d’Etat. Des recours ont été également déposés au niveau de l’organisme indépendant chargé des élections.

Des critiques qui ont, semble t-il, été prises au sérieux par l’Autorité nationale indépendante des élections. Dernièrement, Mohamed Charfi, le président de cette instance a affirmé que « la loi organique portant régime électoral fera l’objet d’une « révision à l’avenir ».

Il a précisé, lors d’une conférence de presse consacrée à l’annonce des résultats définitifs des locales du 27 novembre dernier, que l’élaboration de la présente loi électorale « est intervenue dans une conjoncture exceptionnelle qu’a connue le pays, une situation qui a imposé la réédification des institutions de l’Etat dans l’ère de l’Algérie nouvelle, et ce, conformément aux engagements du président de la République, Abdelmadjid Tebboune ».

« Les résultats définitifs des dernières élections locales sont obtenus aujourd’hui grâce à la conjugaison des efforts de tout un chacun et à la faveur de la présente loi électorale qui, bien qu’élaboré dans l’urgence, a permis de protéger le droit des citoyens dans le choix de ses représentants en toute transparence et en toute crédibilité », a-t-il ajouté.

Pour Charfi, « le président de la République avait évoqué la possibilité de réviser la présente loi électorale de façon plus large et plus profonde pour qu’elle soit applicable en tout temps », a rappelé M. Charfi faisant savoir que l’élaboration de cette loi « prendra le temps qu’il faudra ».

S’agissant des situations de blocage enregistrées dans certaines assemblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW), élues le 27 novembre dernier, Charfi est catégorique. « Cela ne relèvent pas des prérogatives de l’ANIE et sont soumis aux textes de loi sur la commune et la wilaya ».

Evoquant des informations faisant état de « l’intrusion de l’argent sale » en ce qui concerne les alliances politiques ayant marqué certaines assemblées locales après l’annonce des résultats préliminaires du 30 novembre dernier, M. Charfi a souligné que les informations parvenues à l’ANIE indiquent que « ces alliances ont barré la route aux pratiques douteuses et ont eu un impact positif ».

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email