-- -- -- / -- -- --
Nationale

La loi des transporteurs

La loi des transporteurs

Les tarifs des tickets de transport ne vont pas augmenter si l’on croit les propos du directeur des transports du ministère des Transports, Mustapha Nassib, qui a nié toute hausse. Les transporteurs, eux, ont déjà appliqué leurs nouveaux tarifs et le ministre de tutelle lui-même l’a reconnu.

« Contrairement à ce qui est rapporté ici et là, il n’y aura aucune augmentation des tarifs des transports par autobus assurés par les opérateurs privés », a assuré M. Nassib, qui s’exprimait hier sur les ondes de la Chaîne III de la radio algérienne.

Mais la réalité du terrain est tout autre. Il n’y a qu’à se déplacer dans un bus privé pour le constater : la hausse des tarifs des tickets dans les bus appartenant au privé est appliquée et les usagers la paient bel et bien depuis au moins la semaine dernière.

Le ministre des Travaux publics et des Transports, Boudjemaâ Talai, l’a reconnu mardi dernier. Il avait affirmé, à ce propos, que « l’augmentation des tarifs du transport urbain décidée récemment par des privés est illégale ». Le ministre est allé même plus loin et s’est montré menaçant en assurant que « des mesures allaient être prises contre ces pratiques illégales ».

Il est utile de rappeler que des transporteurs urbains privés ont augmenté de 10 dinars les tarifs des tickets depuis quelques jours en justifiant cette décision par la hausse des prix du carburant. Talai a indiqué que son ministère envisageait de tenir prochainement des rencontres avec les syndicats et autres intervenants dans le secteur pour étudier cette question, ajoutant qu’en cas d’augmentation, la décision sera prise d’une manière étudiée et organisée. 

Le représentant du gouvernement a également averti que des mesures strictes seront prises par ses services à l’encontre des transporteurs privés ayant revu à la hausse les tarifs d’une manière illégale.

Pour en revenir au représentant du ministère des Transports qui s’est exprimé à la radio, il a indiqué qu’une rencontre devait se tenir hier, réunissant les syndicats des transporteurs et des cadres du ministère « à l’effet d’examiner des mesures devant permettre aux transporteurs privés d’absorber les répercussions de l’augmentation des prix des carburants décidée au titre de la loi de finances de 2017 ». 

Mustapha Nassib a, par ailleurs, évoqué l’avancement de certains chantiers à l’exemple de ceux des chemins de fer, de l’aérien et du métro, en particulier.

Concernant le transport ferroviaire, il signale que le plan national de développement a permis, à ce jour, de porter le réseau de 1 800 km en 1999, à 4 000 km présentement, ajoutant que 2 000 km de voies sont en chantier en diverses régions du pays et que 6 500 autres sont en cours d’études.

S’exprimant à propos de la ligne des Hauts Plateaux reliant Tébessa à Sidi Bel Abbès, il a indiqué que certains tronçons sont entrés en exploitation et que d’autres le seront dans le courant de 2017.

Commentant les coûts de réalisation de ces infrastructures, au titre des deux derniers programmes quinquennaux, M. Nassib les chiffrent globalement à 25 milliards de dollars, « y compris, précise-t-il, pour les programmes qui sont en cours de réalisation ».

S’agissant de l’évolution du secteur aérien, l’intervenant rappelle que les acquisitions réalisées par la compagnie Air Algérie lui permettent, aujourd’hui, de disposer d’une flotte de 59 aéronefs lesquels, en dehors du transport de voyageurs, vont contribuer à renforcer celui du fret.

Revenant aux transports urbains de voyageurs, il annonce la création, à l’est de la capitale, d’une ligne pilote d’autobus « à haut niveau de service », circulant sur une voie qui leur sera spécialement réservée, de même la réception, avant fin 2017, de deux nouvelles extensions du métro en direction d’Aïn Naâdja et de la Place des Martyrs.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email