-- -- -- / -- -- --
Sports

La JS Kabylie continue de creuser en championnat

La JS Kabylie continue de creuser en championnat

Après sa qualification peu ‘’glorieuse’’, car difficilement acquise face à un « honorable », CRB Dar El-Beida aux 8es de finale de la coupe d’Algérie, le onze phare du Djurdjura a repris langue, ce week-end, avec la compétition nationale. Les Canaris qui étouffent carrément et ne parviennent plus à respirer en Ligue 1 « Mobilis », calent à nouveau sur leur terrain. En effet, les hommes de Noureddine Saâdi, qui ont reçu avant hier (samedi) le Nasr Hussein Dey pour le compte de la 19e journée, ont encore fait un petit pas vers la relégation en concédant un nul (1-1) qui n’arrange nullement le club historique de la Grande-Kabylie. La JSK occupe ainsi la 12e place au classement général, tout près des trois derniers relégables de l’élite. Une situation causée par le manque de stabilité sur le plan technique, qui s’est répercuté négativement sur le groupe depuis le début du championnat.

Les supporteurs réclament déjà la tête de Saâdi

Venu au début de la deuxième partie de la saison, Noureddine Saâdi comptait bien remettre les Canaris sur les bons rails, mais tout ne semble pas se passer comme prévu pour l’entraîneur qui a, il faut dire, hérité d’une équipe en manque de confiance qui ne réagit pas, ou très mal, au fil des rencontres. Une situation de blocage qui déplaît aux supporteurs des Jaune et Vert qui ont tenu à montrer leur mécontentement en réclamant le départ de Noureddine Saâdi juste après la rencontre face au NA Hussein Dey, soldée sur un nul heureux grâce à une égalisation venue aux derniers instants d’une partie qui semblait pourtant perdue. A ce sujet, l’entraîneur se veut plutôt serein : « Tant que j’ai la confiance de mon président, je ne partirai pas. Autrement dit, je ne partirai que le jour où je n’aurai plus la confiance de mon employeur. » Une manière pour lui de confirmer qu’il assumera et respectera son contrat comme il l’a toujours fait. En 35 ans d’exercice, je n’ai jamais démissionné de mon poste. Aussi, je ne démissionnerai pas car je n’ai pas pour habitude de fuir mes responsabilités », a-t-il ajouté. Ne comprenait pas les critiques émises à son sujet lui, il rappelle qu’il n’est sûrement pas responsable de la situation que vit le club. « J’ai trouvé l’équipe dans une bien mauvaise passe. Je suis venu en pompier mais je n’ai pas de baguette magique », a-t-il expliqué L’ex-entraîneur de l’USM Alger est tout de même resté diplomate en assurant que l’inquiétude des supporteurs est plus que justifiée : « Je sais que les supporteurs craignent pour l’avenir de leur équipe mais moi aussi je crains pour l’avenir de la JSK », assurant qu’il est venu pour sauver l’équipe de la relégation. Il a alors promis de faire son possible pour réussir cette mission difficile.

Comme on peut le constater, la JSK est appelée à se réveiller et vite en championnat ou elle veut éviter de faire le grand saut vers l’inconnu. Les Canaris ont aussi un autre challenge à relever, puisqu’ils sont toujours dans la course pour Dame Coupe. Un titre qui ferait le plus grand bien aux supporteurs et sauveraist la saison

catastrophique des Jaune et Vert. Rien n’est compromis ? A Tizi Ouzou, on veut bien le croire. En tout cas, on l’espère.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email