-- -- -- / -- -- --
Nationale

La HIISE sur le terrain dep ce samedi en vue de garantir et sécuriser le scrutin

La HIISE sur le terrain dep ce samedi en vue de garantir et sécuriser le scrutin

Le président de la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE), Abdelwahab Derbal, a entamé depuis ce samedi ses visites sur le terrain aux différentes wilayas pour s’enquérir des derniers préparatifs menés par les services concernés pour la réussite de l’élection présidentielle. Lors de ses visites, Derbal aura des rencontres avec les membres de la HIISE, en vue « de s’enquérir du déroulement et des activités des permanences des wilayas et donner les orientations nécessaires », a précisé un communiqué de la HIISE ajoutant que ces visites permettront également de s’enquérir des différents préparatifs menés par les services concernés pour la réussite de la prochaine élection.

Le président de la HIISE effectuera sa première visite aux wilayas de Laghouat et Djelfa puis Tissemssilt, aujourd’hui et demain Ain Defla. La Haute instance indépendante de surveillances des élections (HIISE) -vivement critiquée par les partis de l’opposition, a mis en place, il y a quelques mois, sa stratégie de communication et son plan pour se faire connaître davantage auprès de la société civile. La HIISE se dit disposée à écouter les préoccupations des formations politiques en vue de « peaufiner son travail » et adopter « une plateforme commune pour la surveillance des élections, et « parvenir à des élections rassurantes » en termes de probité et de transparence.

Derbal s’est engagé, dans ce sillage, à « honorer ses missions constitutionnelles en termes de surveillance des élections ». Lors de la Journée d’études sur « Les garanties pénales dans la loi électorale », organisée en décembre 2018 par la HIISE au Palais des nations, Derbal a estimé que les lois régissant l’opération électorale « nécessitent une amélioration et une révision constante », affirmant que la loi organique 16-10 relative au régime électoral et la loi 16-11 relative à la HIISE « sont encore loin de répondre aux attentes du fondement constitutionnel de l’article 194 de la Constitution relatif à la création et aux missions de la HIISE ». Il a expliqué que les différentes procédures inhérentes au processus électoral « impliquent une révision car leurs effets sont limités dans le temps », Derbal a appelé « à imprimer la célérité et la rigueur nécessaires aux mesures de suivi et de sanction de toute infraction de la loi, vu l’impact direct du processus électoral sur la stabilité sociale en général ».

Il a affirmé, à ce propos, que « la lenteur des procédures discrédite les résultats des élections. Il a indiqué qu’en tant qu’instance indépendante, « l’identité des candidats ne nous importe pas autant que la surveillance de l’opération électorale, une mission qui nous est assignée par la Constitution ». Il a affirmé à ce sujet que la HIISE « s’acquittera de son devoir constitutionnel », et mis en avant « l’attachement de son instance à veiller à la conformité de l’opération électorale à la loi ». L’honnêteté des scrutins étant régulièrement mise en cause par une partie de la classe politique et de l’opinion publique. Depuis l’avènement du pluralisme politique consacré par la constitution de 1989, les résultats des différents scrutins ont été toujours décriés par les partis de l’opposition. Derbal a considéré que la présence d’observateurs étrangers lors du prochain scrutin présidentiel « va rendre l’élection

présidentielle plus transparente et crédible », même si cela aussi ne « signifie pas, par contre, l’absence de critiques ». Derbal a reconnu l’existence de vide dans les procédures légales encadrant les élections, invitant par la suite à y remédier au plus vite en perspective du scrutin du 18 avril prochain, et en plaidant aussi en faveur d’un « travail participatif et d’ensemble » pour répandre la culture électorale.

S’agissant de l’encadrement de cette élection, le ministre de la Justice garde des Sceaux, Tayeb Louh, a annoncé la nomination de 1 541 juges à la tête des commissions électorales des APC ; 288 juges, entre permanents et supplétifs, à la tête des commissions électorales de wilayas, en plus de six (6) juges pour la commission électorale supervisant l’opération de vote de la communauté algérienne à l’étranger. Ces magistrats désignés à la HIISE « vont œuvrer à rassembler et centraliser les résultats enregistrés et envoyés par les commissions électorales, dont les activités devraient cesser au plus tard dans les 72 heures suivant la clôture du scrutin afin de déposer ses PV immédiatement auprès du secrétariat du Conseil constitutionnel », a souligné le garde des Sceaux. Selon lui, les procureurs de la République « devraient enclencher, après chaque saisine de la HIISE et conformément aux dispositions de la loi, des poursuites pénales contre tout contrevenant coupable d’enfreindre le bon déroulement de l’opération électorale ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email