-- -- -- / -- -- --
Nationale

La hausse des taxes contenues dans la LF 2017 : L’Algérie trop chère

La hausse des taxes contenues dans la LF 2017 : L’Algérie trop chère

Comment les Algériens vivent-ils en pleine austérité ? Un mois après l’entrée en vigueur de la hausse des nouvelles taxes introduites dans le cadre de la loi de finances 2017, les Algériens semblent difficilement s’adapter.

A titre d’exemple, la facture d’électricité du janvier 2017 a battu tous les records. La plupart des ménages ont payé de 4 000 jusqu’à 10 000 DA pour la consommation de l’électricité durant trois mois, alors que d’habitude le montant de la facture variait entre 2 000 et 5 000 DA, selon eux. Une hausse de trop en ce début d’année. Tout est devenu cher.

Même la consommation de l’électricité a donc connu une hausse malgré les promesses de Sonelgaz et du ministre de l’Energie qui avaient déclaré qu’il n’y aurait pas de hausse de la facture de l’électricité en 2017. Les Algériens étaient surpris par la dernière facture (de janvier 2017) de l’électricité. Une hausse très sensible est d’emblée visible sur la facture trimestrielle.

De nombreux ménages sont contraints de payer une facture d’électricité qui dépasse les 10 000 dinars, alors que d’habitude ils payaient presque la moitié durant la même période de consommation. Ce n’est pas tout, les Algériens sont contraints aussi de payer plus en ces temps de crise, et depuis l’entrée en application des nouvelles taxes de la loi de finances 2017. Les carburants à titre d’exemple.

Désormais, les automobilistes sont forcés de payer jusqu’à 2000 dinars pour faire le plein du réservoir. Les produits d’importation ont également été touchés par les nouvelles taxes. Les prix des pièces de rechange, par exemple, ont connu une hausse vertigineuse.

Allant de 4 000 jusqu’à 30 000 dinars, les pièces de rechange y compris la peinture pour automobile ont connu une augmentation des prix.

Au premier mois depuis l’application de la LF 2017 les Algériens ont été obligés à vider davantage leurs poches pour faire face à cette nouvelle « vague » des prix. De nombreuses familles ont été contraintes de baisser leurs dépenses pour mieux gérer cette situation hors du commun.

Certains ménages qui, avant la hausse de la taxe et les prix de consommation, avaient acheté des appareils électroménagers entre autres des robots, micro-ondes et machines à laver, ont dû renoncer à ces appareils, car la facture d’électricité est devenue « douloureuse ».

Les entreprises FCE également touchées de plein fouet

La hausse des taxes introduite dans la loi de finances 2017 n’a pas affecté seulement les petites bourses mais elle a également et surtout touché de plein fouet les grosses, les hommes d’affaires, tels que le Forum des chefs d’entreprises (FCE).

Dans son rapport du mois d’octobre 2016, le FCE avait tiré la sonnette d’alarme sur la dégradation des affaires économiques des entreprises face à la politique d’austérité décidée par l’Etat. Hormis le secteur agroalimentaire qui affiche une hausse d’activité économique d’un mois à un autre les autres secteurs, tels que l’industrie, BTPH et services, sont en train de subir les effets de la politique d’austérité décidée par le gouvernement suite à la baisse des revenus du pays. 

Dans sa dernière enquête, le Forum des chefs d’entreprises (FCE) a révélé une baisse vertigineuse de l’activité économique due grandement à une baisse consistante des commandes publiques frappées par la chute draconienne des ressources financières.
L’arrivée des nouvelles taxes de la LF 2017 a enfoncé le clou chez le FCE.

Conséquences : de nombreux projets sont déjà à l’arrêt sans oublier le net recul des chiffres d’affaires de plusieurs entreprises. Selon l’enquête du FCE, seul le secteur de l’agroalimentaire (IAA) a été épargné par les effets de la politique d’austérité et la dégradation de l’activité économique qui s’en est suivie. 

Le FCE impute cette performance du secteur agroalimentaire à la cadence soutenue naturelle en cette saison principalement productive, compte tenu notamment de la période de cette activité qui atteint son optimum en été. 

Le secteur agroalimentaire « a passé de la zone négative en juillet où il était à -16 à +11 en septembre soit une augmentation de 27 points. Par contre pour les autres secteurs les indices se sont dégradés ». 

En chiffres, le FCE explique dans son rapport de septembre 2016 que « l’indice de confiance globale (tous secteurs économiques confondus) pour le mois de septembre 2016 est de -17. Cet indice était à +1 en juin mais s’est dégradé en Juillet pour atteindre -10 ».
L’enquête s’alarme d’un effet boomerang de la politique d’austérité qui touche l’activité économique. 

Le rapport du FCE précise que, « la dégradation entre juillet et septembre atteint donc 7 points ». Expliquant avec force détails, les causes qui ont concouru à une telle situation, le document les énumère en plaçant en pole position, la baisse des commandes publiques, estimant que « cette chute brutale est significative et due essentiellement à un carnet de commande en berne qui a diminué de 18 points et passe de -18 en juillet, à -36 en septembre. Pour cet indice, 43% des entreprises estiment qu’il a baissé et pour 49% d’entre elles, il est resté stable ».

Aussi, le niveau des stocks « jugé très élevé » soit +7 selon le FCE, qui augmente donc de 6 pts par rapport à juillet où il était a +1, est aussi une source de problèmes, n’a pas manqué de signaler le FCE dans son rapport de septembre 2016. 

Les prix des matières premières ont fortement augmenté pour atteindre les 62%, selon les avis de plusieurs acteurs de l’économie nationale, tandis que 34% voient les prix restés stables, toujours selon le rapport du FCE.

Par exemple, le secteur du BTPH est touché de plein fouet par la politique d’austérité, il est même, de l’avis des économistes, dans la zone rouge. 

Quant à l’indice de l’industrie (hors IAA), il est passé de – 11 en juillet à – 12 en septembre, soit une dégradation de 1 points ». Celui des services « affiche une valeur de – 8 au mois juillet et de -20 en septembre, soit une dégradation de 12 points ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email