-- -- -- / -- -- --
Nationale

La grève générale peu suivie dans la capitale : Seuls les campus universitaires

La grève générale peu suivie dans la capitale : Seuls les campus universitaires

L’appel à une grève générale, prévue à partir de ce dimanche en guise de refus des élections du 12 décembre, auquel ont appelé des sources anonymes, n’a pas trouvé d’écho dans plusieurs secteurs d’activité dans la plupart des wilayas du pays.

Alger a vu hier, premier jour de cette grève générale, une animation ordinaire. Dans les établissements scolaires le mouvement de débrayage a été suivi partiellement. Les écoliers se sont rendus le matin normalement aux établissements scolaires, puis se sont vus renvoyer chez eux vers midi.

Les commerçants ont ouvert, quant à eux, leurs boutiques comme chaque matin. Même ceux des marchés de proximité n’ont pas suivi ce débrayage. Une virée dans le marché de Ali-Melah à la place 1e-Mai nous a permis de constater de visu que la quasi-totalité des marchands ont travaillé de manière ordinaire, à l’exception de quelques magasins et pizzerias aux alentours de la rue Mohamed-Belouizadad qui ont répondu favorablement à l’appel à la grève. Le transport de voyageurs dans la capitale a été, par ailleurs, assuré par les transporteurs publics et privés, tous moyens confondus. Sans grande surprise, les agences administratives et financières ont aussi fonctionné normalement.

Toutefois, le mouvement de grève contre les élections de jeudi prochain a été mené avec grande adhésion dans certains campus universitaires, d’autant que le mouvement de contestation des étudiants maintient la mobilisation depuis maintenant presque dix mois. Un débrayage qui a concerné l’université de Bouzaréah, de Bab Ezzouar, la fac centrale, la faculté des technologies de l’université de Constantine 2, ou encore certaines écoles supérieures telles l’Ecole normale de Constantine, l’Ecole polytechnique d’Alger.

Cependant, la grève a été largement suivie et accompagnée de marches dans les wilayas de Tizi Ouzou et de Béjaïa, ainsi que dans certaines localités des wilayas de Sétif, de Bordj Bou Arréridj, de Bouira et de Boumerdès.

A Béjaïa et Tizi Ouzou, l’adhésion à la grève est complète. Toutes les administrations publiques, les commerces et les unités industrielles ont fermé leurs portes. Les transporteurs de voyageurs ont également suivi le mot d’ordre de grève. Deux marches sont organisées dans les chefs-lieux de ces deux wilayas, indiquent des sources locales.

Aussi, à Bouira, le débrayage a touché la quasi-totalité des activités, notamment au nord de cette wilaya qui a connu également une marche initiée par la communauté universitaire.

A Sétif, des sources locales affirment que la grève est largement suivie par les commerçants de la ville. Une marche initiée par des étudiants et des activistes a sillonné les rues de la ville pour appeler tout le monde à la grève. La même situation est signalée à Jijel et Constantine où le mot d’ordre de grève est partiellement suivi.

D’après une source locale, le suivi de la grève est massif dans la ville de Tlemcen. Des étudiants soutenus par des activistes ont organisé hier matin une marche dans les rues de la ville pour dire non à la tenue des élections présidentielles. A Annaba, des étudiants ont organisé une marche pour appeler les habitants de la ville à adhérer à la grève.

Pour rappel, le même appel à la désobéissance civile auquel ont appelé des parties inconnues au mois de mars dernier à travers les réseaux sociaux n’a pas eu aussi l’adhésion de la majorité et s’est limité à quelques commerçants, alors que le mouvement populaire du hirak était en pleine ascendance.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email