-- -- -- / -- -- --
Nationale

La grève de l’Intersyndicale largement suivie

La grève de l’Intersyndicale largement suivie

Alors que la ministre de l’Education nationale tente de contenir la grogne, les six syndicats du secteur de l’éducation sont passés à l’action ce mardi. Les initiateurs de ce mouvement se félicitent de la forte adhésion des enseignants au niveau national.

En effet, l’Intersyndicale de l’éducation (CELA, SATEF, SNAPEST, SNTE ET UNPEF ET CNAPEST) a mis sa menace d’une grève nationale de deux jours à exécution hier. L’appel à la grève lancé par ce collectif des syndicats autonomes a été massivement suivi le premier jour, engendrant d’importantes perturbations dans les établissements scolaires. En effet, a aussitôt arrivés au seuil établissements scolaires, un grand nombre d’élèves ont été contraints de rebrousser chemin. Les syndicats ont annoncé un taux de suivi national de 65,31%. « Les enseignants des trois paliers, primaire, moyen et secondaire, ont massivement répondu à l’appel de leurs syndicats respectifs », selon le porte-parole du CELA. Idir Achour. Joint hier par téléphone, le syndicaliste s’est félicité de la mobilisation des enseignants pour cette action de contestation. Selon lui, le mouvement de grève a été massivement suivi dans les trois paliers confondus. « Nous nous attendons à un taux plus élevé demain, le deuxième jour de grève », a-t-il estimé. Il a ajouté : « Ni les intimidations ni les menaces proférées par certains directeurs des établissements scolaires n’ont dissuadé les enseignants ».

La tutelle devra donner une réponse aux revendications liées au maintien du travail de la commission mixte, relatif au statut particulier des travailleurs du secteur, au maintien de la retraite proportionnelle et de la retraite sans condition d’âge, l’abrogation définitive de l’article 87 bis (de la loi de finances 2015), à la création d’une prime spécifique aux corps communs et ouvriers qualifiés, à l’application immédiate du décret présidentiel 266/14, à l’amélioration de la prime de zone sur la base du nouveau salaire de base et non celui de 1989 et à la mise en place de mécanismes qui restaurent l’équilibre et le pouvoir d’achat. Le collectif attend aussi des réponses concernant leurs demandes liées à la révision des programmes et méthodes d’enseignement en vue de les adapter au niveau des élèves, notamment dans l’école primaire, à la diminution du volume horaire dans tous les paliers en tenant compte de la quantité de travail et des objectifs, ainsi qu’à la protection de l’autorité pédagogique des enseignants.

Pour rappel, ces formations syndicales ont décidé de boycotter toutes les activités ainsi que toutes les réunions officielles organisées par la tutelle au niveau national et local. Ces syndicats dénoncent également « le mode de gouvernance de la tutelle, qui n’a pas respecté ses engagements par rapport au statut particulier et les œuvres sociales des travailleurs du secteur ». L’UNPEF, le CELA, le SNTE, le SNAPEST, le SATEF et le CNAPESTE se réuniront prochainement pour décider de la suite à donner à leur mouvement de protestation. Ils décideront, sur la base des réponses de la tutelle, du gel ou de la radicalisation de leur mouvement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email