-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Gendarmerie met en garde contre le trafic des fragments de météorites

La Gendarmerie met en garde contre le trafic des fragments de météorites

Les météorites, ces fragments de météoroïde qui traversent l’atmosphère et atteignent la croûte terrestre, font l’objet d’un grand trafic dans le sud du pays. Selon l’ASAL (Agence spatiale algérienne), il existe quatre cratères en Algérie, qui constituent une importante richesse naturelle pour le pays. Cependant, ces corps rocheux d’origine spatiale ne sont pas exploités par les chercheurs algériens en astronomie. Pourtant, ils peuvent révéler d’importantes informations sur le système solaire, les explorations spatiales et les observations astronomiques. C’est pour cela que la Gendarmerie nationale tente de sensibiliser les acteurs sur ce sujet.

En l’absence de statistiques sur le pillage et le trafic de météorites en Algérie et en l’absence d’une prise en considération de la part des responsables de la recherche scientifique et astronomique du pays, la Gendarmerie nationale mène sans relâche, depuis quelques années, une lutte contre les réseaux de pilleurs et trafiquants de ces précieux fragments, de météorites. Le fléau a pris en effet des proportions alarmantes en Algérie. Des réseaux bien structurés revendent les précieux fragments à d’autres réseaux spécialisés dans le commerce, très lucratif, des pierres rares. Pour alerter les spécialistes sur la question, l’Institut national de criminologie et de criminalistique (INCC) relevant de la Gendarmerie nationale a organisé avant-hier, dans le cadre de la concrétisation des manifestations scientifiques et techniques, une journée d’étude sur « la lutte contre le pillage et le trafic des météorites ». Un événement important auquel des hauts cadres de différents ministères mais également d’autres institutions de sécurité ont participé. Ainsi, des représentants de différents départements ministériels, de corps constitués, à l’instar du ministère de la Justice, du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, du ministère de l’Enseignement supérieur, du ministère des Affaires étrangères, mais aussi de la Direction générale de la Sûreté nationale, de la Direction générale des douanes et de la Direction générale des forêts, ont répondu présent.

Cette journée d’étude, précise la Gendarmerie nationale, a été fructueuse car elle a permis l’ouverture d’un long débat sur l’accroissement de cette forme de criminalité en Algérie ainsi que sur les mécanismes permettant la protection de cette ressource naturelle, laquelle constitue un patrimoine rare. Selon la Gendarmerie nationale, des objectifs ont été inscrits lors de cette rencontre. Le premier est d’informer de l’existence de ces météorites et de sensibiliser le public quant à leur importance scientifique pour les chercheurs en la matière, car les chercheurs sont considérés comme les seuls pouvant exploiter au mieux ces météorites. Le second objectif, discuté et inscrit par les participants, est de définir les types d’infraction liés au pillage et au trafic des météorites. Sur ce plan, seul un durcissement des lois pénales serait à même de freiner l’évolution, très inquiétante, du trafic et du pillage des météorites. Enfin, le troisième et dernier objectif inscrit lors de cette rencontre est d’élaborer une feuille de route en vue de mettre en place des mécanismes permettant une synergie entre les différents acteurs en la matière, et ce pour une protection efficace de cette ressource naturelle. Aussi, le Commandement de la Gendarmerie nationale veut faire participer l’ensemble des acteurs concernés, à savoir la DGSN, les Douanes algériennes, les ministères et même la société civile, à préserver cette richesse rare du pays dont l’utilisation et l’exploitation par les spécialistes algériens en astronomie pourraient amplement contribuer au développement des sciences astronomiques. D’ailleurs, les déclarations faites en marge de cette conférence par le

directeur général de l’ASAL, Oussedik Azzedine, démontrent l’importance de ces fragments pour la science astronomique en Algérie. M. Oussedik a déclaré que son agence accorde une grande importance au phénomène des météorites car ces dernières provenant de l’espace laissent des traces sur la surface de la terre, et les satellites algériens fournissent des images montrant précisément les cratères qu’elles provoquent dans leur chute ainsi que les informations qu’elles véhiculent sur leur origine. Ces cratères, au nombre de quatre en Algérie, constituent une importante richesse naturelle. Par ailleurs, et durant son allocution d’ouverture, le directeur général de l’INCC, le colonel Sid-Ahmed Beroumana, a indiqué que le Commandement de la Gendarmerie nationale accorde la priorité à la lutte contre le pillage des pierres précieuses et leur trafic, notamment les météorites. Il a également affirmé que les efforts accomplis par les différents corps de l’Etat et leurs institutions dans le domaine de la lutte contre le pillage des richesses naturelles que recèle le pays constitue un témoignage fort de l’engagement ferme de tous les acteurs pour mettre fin à ce trafic.

Pour sa part, le commandant Boualem Mattay, chef du laboratoire de chimie à l’INCC, a tenu à rappeler, que ces météorites sont d’une grande importance pour les spécialistes en astronomie car elles constituent la meilleure source d’informations sur la composition et la formation du système solaire et la structure interne des planètes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email