-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Gendarmerie déclare la guerre aux délinquants routiers

La Gendarmerie déclare la guerre aux délinquants routiers

Les conducteurs et conductrices sont avertis. Deux nouveaux appareils de dépistage d’alcool et de drogue, éthylomètre et drug test, sont désormais utilisés. Une mesure préventive qui va permettre de diminuer le taux des accidents de la route, souvent provoqués par des conducteurs en état d’ivresse ou sous l’effet de la drogue. Plus de 1 000 cas positifs ont été enregistrés chaque année lors de contrôles effectués par les gendarmes avec l’ancien alcootest. Mais aujourd’hui, la traque aux délinquants routiers sera encore plus pointilleuse.

La Gendarmerie nationale vient de mettre en service deux nouveaux appareils pour faciliter le dépistage de l’alcool et de la drogue, a annoncé hier le commandement de la Gendarmerie nationale dans un communiqué, et ce afin de contribuer davantage à la réduction du taux d’accidents de la route, qui ne cessent d’endeuiller, chaque année, des milliers de familles. Le premier appareil de dépistage d’alcool, l’éthylomètre, qui remplace l’ancien alcootest, se distingue par la facilité de son utilisation et la rapidité du résultat, lequel se fait en un temps très court. En effet, il suffit juste de passer l’appareil à proximité du conducteur susceptible d’être en état d’ivresse, sans avoir à utiliser un embout buccal comme c’était le cas avant, pour avoir le résultat. Si le résultat est négatif, le conducteur peut de suite quitter le point de contrôle. En revanche, s’il est contrôlé positif, le véhicule sera immobilisé et le conducteur sera interdit de reprendre la route, et ce pour éviter tout accident. Par ailleurs, l’utilisation de cet appareil sur le terrain, lors du constat d’un accident de la circulation, facilitera les mesures dans ce genre de cas puisque les résultats, s’ils sont négatifs, seront joints au procès-verbal adressé aux instances juridiques compétentes, ce qui permettra d’éviter le prélèvement d’un échantillon de sang.

Outre l’éthylomètre, les unités de sécurité routière de la Gendarmerie nationale se sont dotées, d’un appareil de détection de drogues, le drug test, un dispositif d’analyse salivaire Tout comme l’éthylomètre, cet appareil est simple et d’usage rapide. Il suffit de prélever un échantillon de salive du conducteur ou de la conductrice suspectés d’avoir consommé une drogue ou pris des psychotropes à l’aide d’une tige de prélèvement d’échantillon, laquelle sera ensuite insérée dans le nouvel appareil qui affichera le résultat au bout de 10 minutes.
Ce nouveau procédé permettra d’éviter d’emmener le conducteur ou la conductrice à l’hôpital afin de prendre un échantillon de sang pour analyse, et donc d’attendre le résultat, ce qui pourrait prendre beaucoup de temps. Ainsi, l’acquisition, par les unités de sécurité routière de la Gendarmerie nationale, de ces nouveaux appareils va renforcer leur action préventive contre la délinquance routière, dont le facteur humain constitue la cause principale, tout en facilitant les procédures de dépistage en cas de suspicion de conduite en état d’ivresse et sous l’effet de la drogue.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email