-- -- -- / -- -- --
Nationale

La France doit décontaminer les zones affectées par ses essais nucléaires

La France doit décontaminer les zones affectées par ses essais nucléaires

La France doit s’acquitter de sa dette nucléaire en Algérie en indemnisant les victimes de ses essais nucléaires dans le Sahara algérien. Mais elle soit surtout nettoyer ce qu’elle a fait en procédant à la décontamination des zones anéanties par ses essais nucléaires.

C’est dans cette perspective que la Ligue des Ligue algérienne de défense des droits de l’homme a décidé de saisir le tribunal de La Haye, a expliqué le secrétaire de la LADDH, Houari Kaddour, dans une interview accordé à l’Agence russe Sputnik.

Pour le porte parole de la LADDH, il était temps pour son ONG d’utiliser des armes juridiques pour défendre les droits des algériennes victimes des crimes français contre l’humanité et des conséquences morales et physique de ses essais qui continuer de peser sur les populations et sur l’environnement. Les essais nucléaires se sont déroulé dans des conditions obscures et 57 ans après, l’Algérie ignore encore exactement ce qui c’est réellement passé à Reggane et à Tamanrasset, les deux lieux des essais nucléaires.

« Les radiations sont toujours actives. Elles peuvent continuer pendant 3000 à 4000 ans », a prévenu Houari Kaddour, en soulignant que son ONG exige que toute la lumière soit faite sur ces répercussions. En effet, entre 1960 et 1996, la France a effectué plus de 200 essais nucléaires, d’abord dans le Sahara de l’Algérie puis en Polynésie française, dont les répercussions sur les populations locales et l’environnement dont fâcheuses.

Aux milliers d’habitants irradiés pendant les essais, il faut ajouter les victimes indirectes de ces essais dont les déficits de naissance, les malformations congénitales et infirmités les cancers…

L’été dernier, des Polynésiens avaient déjà déposé une plainte similaire auprès de plainte auprès de la Cour pénale internationale de La Haye. Récemment le candidat à la présidentielle en France, Emmanuelle Macron était en déplacement en Algérie où il a également évoqué la colonisation française en général et parlé de crime contre l’humanité.

Pour le secrétaire de la La LADDH, il n’y a rien d’anormal dans cette déclaration : « Il faut que les Français fassent face à la vérité au regard de la morale et de l’histoire, pour permettre à nos deux nations, l’Algérie et la France, de vivre en paix. « , conclut-il.

Pour rappel, le Forum national algérien sur les tests nucléaires français dans le Sahara algérien s’est déroulé à Alger à l’occasion du 57e anniversaire du premier essai nucléaire aérien dans le Sahara algérien le 13 février 1960 dans le cadre de l’opération « Gerboise bleue « .

Initialement estimée à 13 kilotonnes, la puissance de cette explosion effectuée à Hammoudia, à 50 km de Reggane, a atteint 60-70 kilotonnes, soit trois fois celle de la bombe d’Hiroshima.
Elle a entraîné la projection de radiations dans une zone de 200 km de large et de 100 km de long, alors que les habitations les plus proches se trouvaient à seulement 70 km. Trois autres essais intitulés « Gerboise blanche « , « rouge « et « verte « se sont déroulés dans le sud-ouest de l’Algérie en avril 1960.

Plus tard, la France a mené 57 autres essais. Après l’indépendance de l’Algérie, en 1962, 13 essais souterrains ont eu lieu dans le cœur rocheux de la montagne d’In Ecker jusqu’en 1966. Alors que l’Algérie commémorait cette semaine le 57e anniversaire des premiers essais nucléaires français dans le Sahara en 1960, La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme) a annoncé qu’elle allait porter plainte contre la France pour crime contre l’humanité auprès de la Cour pénale internationale de La Haye.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email