La Forem au chevet des associations des zones steppiques – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

La Forem au chevet des associations des zones steppiques

La Forem au chevet des associations des zones steppiques

Bien que l’Etat algérien soit déterminé, à la faveur des mécanismes réglementaires, administratifs et organisationnels, à faire de la société civile un partenaire fort apte à jouer son rôle à tous les niveaux, le manque de compétence de gestion et le manque de moyens financiers des associations locales, notamment, constituent un véritable frein à son développement.

C’est pour cette raison qu’un cycle de formation a été lancé par la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche (Forem), en coordination avec le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et le ministère des Affaires étrangères, au profit des associations des zones steppiques, notamment à travers six wilayas, à savoir El-Bayadh, Tiaret, Djelfa, Laghouat, M’sila et Biskra.

Les projets présentés par les associations concernées vont bénéficier d’un accompagnement de la part de la Forem, et ce dans le but de trouver un financement et leur permettre de les concrétiser sur le terrain, a affirmé au Jeune Indépendant le Pr Mostefa Khiati, président de la Forem, en marge de la clôture du cycle de formation tenue ce mardi 22 juin à l’hôtel de l’aéroport à Alger.

Il convient de noter que la majorité des associations, surtout celles présentes au niveau des hauts plateaux et des régions steppiques, n’ont pas de structures et leurs membres ne disposent pas des compétences de gestion nécessaires pour pouvoir rendre leur association opérationnelle, d’où la nécessité, selon le Pr Khiati, de former les cadres de ces associations, notamment sur le financement d’une association ainsi que la relation qu’elle doit avoir avec le tissu social, administratif et économique de la région.

« Pour ce cycle de formation, nous avons choisi six wilayas de l’Est et de l’Ouest. Chaque wilaya est présentée par trois associations », a-t-il fait savoir.

Organisé en deux sessions de formation et d’accompagnement, une à l’est et l’autre à l’ouest du pays, l’objectif principal, a indiqué le Pr Khiati, est de former ces cadres sur comment doit-on préserver l’environnement et comment faire des plaidoyers auprès des représentants publics et les convaincre du choix des herbes à planter et des programmes de préservation d’environnement locaux.

« L’objectif est aussi de voir ces associations présenter un projet spécifique à la région qu’elle représente devant un jury qui, à son tour, choisira les meilleurs pour les accompagner à décrocher un financement », a souligné le Pr Khiati, estimant que pour arriver à préserver l’environnement, le rôle de la société civile est primordial.

« Chez nous, la société civile est débutante. Il faut donc l’aider à établir une concertation avec les pouvoirs publics, qui doivent aussi faire de la société civile un partenaire fort, apte à jouer son rôle à tous les niveaux », a-t-il soutenu.

Pour le politologue, Abdelhak Makki, il existe une certaine conscience au niveau national et un certain intérêt au niveau international concernant les questions du climat et du réchauffement climatique mais aussi concernant la montée de la désertification. D’où l’intérêt porté par le gouvernement depuis quelque temps à conduire les associations dans les zones steppiques afin qu’elles participent au développement local, en faisant partie des discussions lorsqu’il s’agit de projets dans les wilayas en question.

M. Makki a fait savoir que la Forem, ayant connaissance du programme spécial destiné aux zones steppiques dans le cadre du PNUD, a monté ce projet de formation pour un renforcement des capacités des associations locales.

« Le programme consistait à parler de la biodiversité de manière générale et des risques qu’elle subit dans les zones steppiques, mais on parle également des capacités des associations au niveau juridique, au niveau de la communication interne et externe ainsi qu’au niveau des plaidoyers », a-t-il indiqué.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email