-- -- -- / -- -- --
Nationale

La famille politique RND de Tizi Ouzou

La famille politique RND de Tizi Ouzou

Mettre l’accent sur la grande joie de la famille politique d’Ahmed Ouyahia de Tizi Ouzou, suite à sa nomination à la tête du gouvernement par le président de la République, relèverait d’une lapalissade.

Car il est naturel que tout militant ou sympathisant d’un parti politique éprouve de la joie quand son patron politique occupe un poste clef au sein de l’appareil gouvernemental.

Cependant, les acteurs et animateurs du bureau RND de Tizi Ouzou, à leur tête Tayeb Mokadem, conscients que l’offre du premier fauteuil du palais du Gouvernement à Ahmed Ouyahia n’est aucunement un cadeau, estiment que cela est justifié par le fait que leur patron politique est « l’homme de la conjoncture actuelle ».

« Nous sommes convaincus qu’il (Ahmed Ouyahia) fera sortir le pays de la situation actuelle, que nous savons tous difficile », affirme M. Mokadem, président du bureau RND et député. Mokrane Benyoucef, cadre dirigeant du parti et économiste de formation, considère, pour sa part, qu’Ahmed Ouyahia mettra à exécution, de manière stricte, le programme du président de la République.

« Il faut reconnaître qu’à l’heure actuelle, poursuit notre interlocuteur, l’économie nationale et la situation financière du pays ont atteint un seuil prêtant à l’alarmisme. Et, par conséquent, Ahmed Ouyahia, connaissant parfaitement les dossiers et leur degrés d’importance, saura relever le défi ».

Mokrane Benyoucef, confiant en la pleine clairvoyance d’Ahmed Ouyahia quant au traitement des dossiers par ordre de priorité, a indiqué que la relance économique est scientifiquement et politiquement possible dès lors que l’Algérie pourra toujours avoir recours à la formule DTS (droit des tirages spéciaux).

Selon les explications de notre interlocuteur, cette formule, connue du monde de la science économique financière, consiste à faire le tirage de la monnaie nationale (dinar) uniquement pour financer des produits internes ainsi que leurs mécanismes et outils de production.

Une fois l’équilibre rétabli, l’autorité financière du pays met fin à cette formule. Pour sa part, Tayeb Mokadem, qui intervient sur un nouveau chapitre, le développement de la wilaya de Tizi Ouzou, estime que le nouveau locataire du palais du Gouvernement doit impérativement user de l’autorité que lui confère la loi pour débloquer les projets destinés à la wilaya de Tizi Ouzou mais qui souffrent à ce jour des décisions de gel.

« Je maintiens toujours, déclare le premier responsable du bureau RND de Tizi Ouzou, l’appel au dégel des projets concernant le nouveau CHU, les zones industrielles de Souamâa et Tizi Ghnif, pourvoyeuses de plus de 110 000 emplois, la livraison du stade de 50 000 places de Boukhalfa, des logements sociaux de Oued Falli, un nouveau quota pour l’habitat rural qui enregistre à 19 000 demandes pour cette formule, la révision de la fourchette quant au droit à l’habitat rural ou au logement social, qui est inférieur à 24 000 DA actuellement pour la porter à 70 000 DA pour tout demandeur salarié.

Tayeb Mokadem ne cache pas également son attente de voir le nouveau Premier ministre donner enfin le coup d’envoi du plan spécial de développement pour la wilaya de Tizi Ouzou, que tout le monde attend avec impatience depuis de longues années.

M. Mokadem lance aussi un appel à l’endroit d’Ahmed Ouyahia pour déclencher les opérations du découpage administratif. Selon les attentes de notre interlocuteur, le futur découpage administratif en faveur de la wilaya de Tizi Ouzou comptera deux wilayas déléguées, en l’occurrence Azazga et Draâ El-Mizan.

Concernant la commune de Tizi Ouzou, le futur plan de découpage devrait prévoir sa division en six parties, c’est-à-dire la création de nouvelles communes : la Nouvelle-Ville, Redjaouna, Oued Falli, Boukhalfa, Hasnaoua et Timizart Laghbar. Selon Tayeb Mokadem, ce découpage administratif permettra à l’actuelle commune de Tizi Ouzou de se désengorger et d’assurer de meilleures conditions de vie aux citoyens des futures communes naissantes. Comme on preut le constater, les revendications du bureau RND de Tizi Ouzou sont nombreuses.

Reste à savoir si le successeur d’Abdelmadjid Tebboune aura les moyens de les satisfaire. Vu la situation financière du pays, il est peu probable qu’Ahmed Ouyahia soit en mesure de donner une suite favorable à toutes les demandes formulées par son fidèle poulain politique.

En tout cas, pas dans l’immédiat. Dégeler le projet du nouveau CHU et lancer le fameux plan d’agriculture de montagne serait déjà à considérer comme « une bénédiction du ciel ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email