-- -- -- / -- -- --
Nationale

La facture des matériaux de construction a baissé à 2,54 milliards de dollars en 2015

La facture des matériaux de construction a baissé à 2,54 milliards de dollars en 2015

L’Algérie a enregistré une baisse appréciable de ses dépenses d’importation en matériaux de construction durant l’exercice 2015, malgré une hausse accrue des quantités importées pour répondre aux besoins du marché interne.

Selon les statistiques publiées hier par les services des douanes, la facture d’importation des matériaux de construction est passée à 2,54 milliards de dollars (mds usd) durant l’année écoulée, contre 3,35 mds usd en 2014, soit une réduction de plus de 24 % des dépenses.

En revanche, les quantités importées ont augmenté de 19,45 %, en passant à 12,73 millions de tonnes (mt), contre 10,65 mt en 2014, indique la même source. « La facture d’importation des ciments (non pulvérisé, portland, alumineux, hydraulique…) a atteint 473,81 millions usd pour 6,6 mt, contre 537,8 millions usd pour 6 mt (en baisse de près de 12 % en valeur et en hausse de 9,55% en volume).

Pour les importations de bois, la facture est passée à 639,82 millions usd pour une quantité de 3,08 mt, contre 846,65 millions usd pour 1,53 mt, (soit une baisse de 24,43% en valeur et une hausse de 101% en volume).

Idem pour le fer et l’acier dont la facture d’importation a enregistré une baisse de 26,7 % en se chiffrant à 1,38 md usd, contre 1,88 md usd, mais les quantités importées ont diminué de 1,6 % en passant à 2,99 mt contre 3,04 mt en 2014. Quant aux produits en céramique : briques, dalles, carreaux et autres articles similaires, ils ont connu une baisse tant au niveau des dépenses qu’au niveau quantitatif.

Leur facture a baissé à 47,65 millions usd, contre 80,71 millions usd (-41%) et les quantités importées ont été réduites à 48 554,51 t contre 530 25,89 t (-8,43%). Cette baisse globale en termes de dépenses contre une hausse en termes des quantités importées s’explique essentiellement par le recul des cours des matériaux de construction sur le marché mondial, notamment le fer et l’acier.

Par ailleurs, les pouvoirs publics encouragent vivement l’utilisation des matériaux de construction fabriqués localement afin de promouvoir la production nationale et de freiner l’accroissement des importations dans le cadre de la rationalisation des dépenses.

Ainsi, les promoteurs chargés de la réalisation des différents projets financés totalement ou partiellement par l’Etat, ont été interdits, depuis fin 2014, de recourir aux matériaux importés si le même produit est fabriqué localement et présente une qualité égale.

Mais, curieusement, ni la baisse des cours sur le marché mondial, ni l’encouragement de la production locale ne semblent influencer les prix des matériaux de construction qui, au lieu de diminuer ou du moins se stabiliser, ne cessent d’augmenter en mettant parfois des chantiers à l’arrêt.

Pour ne citer que deux exemples, l’acier utilisé dans les armatures en béton armé a grimpé de 5200 dinars à 8000 dinars et le ciment de 500 dinars à 850 dinars. Des hausses disproportionnées qui s’explique par la spéculation et l’absence de contrôle pour réguler les prix.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email