-- -- -- / -- -- --
Nationale

La dé-radicalisation passe par l’Etat de droit

La dé-radicalisation passe par l’Etat de droit

L’Algérie a réussi à vaincre seule le terrorisme. Carrément boudé par la communauté internationale au temps où la horde terroriste tentait d’asseoir sa stratégie criminelle, le peuple algérien s’en est sorti blessé mais victorieux grâce aux sacrifices de dizaines de milliers de citoyens.

Aujourd’hui, presque vingt années après, l’expérience algérienne qualifiée d’avant-gardiste et unique, au moment où le terrorisme semble n’épargner aucun pays, pourrait s’avérer salvatrice pour des pays entraînés dans la spirale de ce fléau.

Loin de toute rancune, l’Algérie tente cependant de faire de son passé douloureux un recueil profitable aux nations en détresse.
La participation à la 13e réunion ministérielle du « Dialogue 5+5 « sur la Méditerranée occidentale, dont les travaux se sont ouverts hier à Marseille en est la preuve.

Dans ce contexte, le chef de la diplomatie algérienne a, lors de son allocution, précisé qu’ « outre une concertation étroite et un échange d’informations entre nos différents services de sécurité, la lutte contre le terrorisme nécessite une approche multidimensionnelle pour l’éradiquer « .

Ramtane Lamamra n’a pas manqué de rappeler que « mon pays, qui a souffert des affres du terrorisme, a su vaincre ce fléau et sortir de la crise, seul, vainqueur, et nanti d’une expérience qu’il est prêt à partager avec tous les pays partenaires « 

Le chef de la diplomatie algérienne s’est attelé aussi, durant son intervention devant ses homologues de France, Espagne, Italie, Malte, Portugal, Maroc, Tunisie, Libye et Mauritanie, à mettre en garde les pays membres de ce groupe contre les sources de financement du terrorisme qui restent le seul moyen qui donne au fléau les moyens de sa propagande, rappelant que le paiement de rançon reste une « source de financement « du terrorisme « devant être traité en tant que tel ».

« Il me semble, par conséquent, que les finances constituent pour nous une niche sur laquelle nous devons coopérer de manière plus active en vue de tracer et de contrôler les transferts financiers douteux qui risquent de profiter au terrorisme « , a-t-il soutenu, appelant par ailleurs à lutter contre le discours de la haine et de l’extrémisme.

Le représentant algérien a aussi rappelé à partir du sol français qu’une approche de dé-radicalisation « effective « passe également par « le respect de l’Etat de droit et des droits de l’homme « . Des communautés issues de l’immigration vivent, en effet, depuis quelques temps notamment après les attentats du Bataclan à Paris et de Nice, sous tension.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email