-- -- -- / -- -- --
Nationale

La crise entre le CNAPESTE de Bejaia et la direction de l’éducation dans l’impasse

La crise entre le CNAPESTE de Bejaia et la direction de l’éducation dans l’impasse

C’est une véritable crise qui s’est installée depuis dix jours dans le secteur de l’éducation dans la wilaya de Béjaïa. Alors que l’on croyait que les choses allaient mieux après les négociations menées le mois dernier et qui s’étaient achevées par un accord entre les deux parties, voilà que les choses se sont corsées avec les ponctions sur salaires, suivies du recours en justice introduit au courant de la semaine passée pour contraindre le syndicat à arrêter son mouvement de grève.
Le résultat, le CNAPESTE persiste et signe. Il poursuit son mouvement de grève et décide d’un rassemblement de protestation devant le siège de la direction de l’éducation lundi matin. Cela alors que le bureau national décide d’entrer en grève illimitée le 30 du mois courant.
Pour sa part, la fédération des associations des parents d’élèves, qui regroupe une vingtaine d’associations, a décidé après son rassemblement de dimanche dernier de tenir une réunion au lycée El-Hammadia aujourd’hui, afin d’étudier la situation du secteur et organiser une nouvelle action d’envergure, à savoir une marche au courant de la semaine prochaine afin de demander la fin de la grève et le retour des antagonistes à des négociations.
Pour sa part, l’Union des parents d’élèves de Béjaïa lance un appel à toutes les associations des parents d’élèves (primaire, moyen et secondaire) de la wilaya à participer à la réunion qui aura lieu aussi ce matin au siège de la LADDH Aouchiche pour débattre de la situation du secteur de l’éducation et de la grève des enseignants. Dans une déclaration ayant sanctionné les travaux de son conseil de wilaya tenu mercredi dernier au lycée El-Hammadia, le CNAPESTE a « réitéré sa détermination à poursuivre la lutte juste et légitime pour l’aboutissement de l’ensemble des situations en souffrance dans la wilaya qui se comptent par milliers », mettant en garde ensuite, « les responsables de la D.E. concernant les entraves au libre exercice du droit syndical ».
Les rédacteurs de la déclaration « condamnent énergiquement l’usage de mesures d’intimidation et des pressions exercées sur l’ensemble des enseignants grévistes et particulièrement sur les enseignants stagiaires et contractuels, et dénonce avec force le recours aux ponctions intempestives sur salaire ». Ils dénoncent le recours à la justice pour contraindre le CNAPESTE à cesser sa grève : « face aux réactions de colère des enseignants (es) qui se sont insurgés contre la non satisfaction des revendications soulevées et le non-respect des engagements pris, la Direction de l’éducation, sur instruction du ministère de tutelle, n’a rien trouvé de mieux pour répondre aux multiples attentes des enseignants(es) et à leur intransigeance que de déférer le CNAPESTE-Bejaïa devant le tribunal administratif, croyant par ce genre de pratique réussir à démobiliser les enseignants(es) », lit-on dans le document. Pour le syndicat, « au lieu de se pencher sérieusement sur tous les dossiers posés, La Direction de l’éducation excelle dans les effets d’annonce et dans les ajournements qui ont de lourdes incidences autant sur la carrière des enseignants(es)que sur le bon fonctionnement des établissements », insistant sur la concrétisation des différents procès-verbaux cosignés, notamment, les procès-verbaux du 6 et du 11 décembre 2017 et les engagements contenus dans le procès-verbal du 19 mars 2015 cosigné entre le ministère de l’Education nationale et le bureau national ». Concernant l’inquiétude grandissante des élèves et de leurs parents, les rédacteurs de la déclaration les « assurent d’une totale disponibilité pour répondre à leurs attentes légitimes après dénouement du conflit ». Enfin, notons qu’un rassemblement de protestation a eu lieu jeudi dernier devant le siège de l’APC de Kherrata à l’appel de la fédération des associations des parents d’élèves. Elèves et parents ont appelé les deux parties à la sagesse et à revenir la table des négociations afin de résoudre la crise et permettre aux élèves de reprendre leur scolarité.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email