-- -- -- / -- -- --
Nationale

Justice : deux ans de prison ferme contre Khaled Drareni

Justice : deux ans de prison ferme contre Khaled Drareni

Le journaliste Khaled Drareni a été condamné en appel à deux ans de prison ferme, ce mardi 15 septembre.
Le verdict prononcé par la Cour d’Alger a été « choquant » pour les journalistes et les activistes qui étaient présents à la Cour de Ruisseaux. Quant aux deux prévenus, les activistes Samir Benlarbi et Slimane Hamitouche, ils ont été condamnés à un an de prison, dont quatre mois ferme et huit mois avec sursis.
Suite à ce jugement, Me Abdelghani Badi, un des membres de collectif de défense, crie à « un danger qui menace tous les Algériens », et estime que « ces décisions ne pourront permettre d’instaurer et de garantir les libertés fondamentales des citoyens ».
« Lorsque nous assistons à de telles décisions, nous ne pouvons établir les libertés fondamentale du Citoyen, nous ne pourrons garantir la liberté de la presse. Aujourd’hui, nous sommes tous en danger, la presse est en danger les avocats sont en danger, les libertés sont en danger, les Algériens sont tous en danger », s’est-il indigné devant l’entrée de la Cour. à propos d’un éventuel recours au niveau de la Cour suprême, l’avocat a indiqué que les procédures vont prendre beaucoup de temps.
Il est utile de rappeler que Khaled Drareni, directeur de site d’information Casbah Tribune et correspondant de TV5Monde et RSF (Reporters sans frontières), a comparu, en compagnie des deux activistes, Samir Benlabri et Slimane Hamitouche, mardi passé en deuxième instance, où le parquet avait requis 4 ans de prison ferme et une amende de 50 000 DA à l’encontre des trois prévenus.
Le journaliste a été condamné, le 10 août dernier, à trois ans de prison ferme et une amende de 50 000 DA par le tribunal de Sidi M’hamed. Il a été mis sous contrôle judiciaire, mars dernier, après son arrestation alors qu’il couvrait les manifestations du mouvement populaire du 22 février 2019. Il a été placé sous mandat de dépôt le 27 mars par la chambre d’accusation près la Cour d’Alger. Deux jours après, Drareni a comparu devant le tribunal de Sidi M’hamed qui décide de le placer en détention provisoire. Le journaliste est poursuivi pour « incitation à attroupement non armé » et « atteinte à l’unité nationale ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email