-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

La consommation du café pourrait contrer l’inflammation liée à l’âge

La consommation du café pourrait contrer l’inflammation liée à l’âge

Des chercheurs de la faculté de médecine de l’université de Stanford ont découvert récemment une relation entre l’âge, l’inflammation systémique, les maladies cardiovasculaires et la consommation du café.

Une analyse étendue d’échantillons sanguins, de données d’enquêtes et d’historiques médicaux et familiaux obtenus auprès de plus de 100 personnes a révélé un mécanisme inflammatoire fondamental associé au vieillissement humain, et sa relation avec des maladies chroniques.

Cette étude indique que les métabolites, ou produits de métabolisation, des acides nucléiques (qui servent de « matériaux de construction » pour nos gènes), qui circulent dans le sang, peuvent déclencher un processus inflammatoire, qui peut lui-même être un facteur de maladies cardiovasculaires ou d’augmentation du taux de mortalité global.

« Plus de 90 % des maladies non transmissibles liées à l’âge sont associées à l’inflammation chronique », a déclaré David Furman, professeur associé consultant à l’Institut de Stanford sur l’immunité, la transplantation et l’infection et directeur de recherches de cette étude publiée récemment dans une revue spécialisée.

Plus de documents démontrent déjà que l’inflammation chronique contribue à un grand nombre de cancers, à la maladie d’Alzheimer et à d’autres formes de démence, à des troubles cardiovasculaires, à l’ostéoarthrite et même à la dépression.

Cette étude sur plusieurs années fournit des éléments probants montrant que la caféine et ses métabolites peuvent contrer l’action de ces métabolites d’acide nucléique circulants, ce qui explique peut-être pourquoi les buveurs de café vivent souvent plus vieux que ceux qui n’en consomment pas.

« Beaucoup d’études ont révélé cette association », a déclaré M. Furman. « Nous venons de découvrir une explication possible ».

Les chercheurs ont utilisé des données collectées dans le cadre d’un programme à long terme débuté il y a 10ans par Mark Davis, professeur de microbiologie et d’immunologie et directeur de l’Institut de Stanford sur l’immunité, la transplantation et l’infection, et co-auteur de cette étude, Cornelia Dekker, professeure de maladies pédiatriques infectieuses, étude concernant l’immunologie du vieillissement.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email