-- -- -- / -- -- --
Nationale

La CNLTD dit niet : Premier échec du FFS

La CNLTD dit niet : Premier échec du FFS

La Coordination nationale des libertés et de la transition démocratique a décidé, officiellement, de refuser l’offre ou l’initiative du Front des forces socialistes (FFS).

Alors que ce dernier venait d’entamer ses premières consultations avec des partis politiques et des personnalités dites nationales en vue de préparer une grande conférence dite du consensus vers la fin de l’année, les leaders de l’opposition viennent de balancer, vendredi dernier un communiqué assez surprenant dans lequel ils dénoncent la démarche de ce parti.

« Après l’échec de ses concertations autour de la Constitution, le pouvoir cherche encore, par des méthodes détournées, à traîner la classe politique à de nouvelles concertations qui ne servent à rien », faisant allusion à l’idée du FFS de relancer le dialogue pour « reconstruire un nouveau consensus national ».

Pour les patrons de la CNLTD, il s’agit de manoeuvres et de rien d’autre, accusant le vieux parti créé par Hocine Aït Ahmed de vouloir sauver le pouvoir. D’ailleurs, Mokri du MSP ou Belabbas du RCD avaient donné le ton, dernièrement, en reprochant au FFS de « sauver le pouvoir « . Souvent, c’est le chef du parti islamiste MSP qui est le plus explicite. Il estime que la démarche du FFS n’apporte rien de nouveau, ce qui veut dire qu’elle est vouée à l’échec.

Dans l’entourage de la CNLTD, on estime que le FFS devrait d’abord faire des propositions au pouvoir, car c’est ce dernier qui fait obstacle à la démocratie et aux réformes. Une analyse qu’on retrouve dans le dernier communiqué de la coordination, qui cherche visiblement à intimider le FFS mais surtout à mettre en valeur sa propre démarche, dont l’opinion publique attend dès la 1er novembre prochain un message politique.

Pour la CNLTD, l’opposition est sortie grandie de la présidentielle d’avril dernier, renforçant son unité, créant des structures d’action et des mécanismes de concertation permanente en maintenant la pression sur le pouvoir par des moyens pacifiques. Le message qui sera diffusé dans quelques jours, qualifié de proclamation politique, devrait s’adresser au peuple algérien pour qu’il se rassemble autour des idées de transition démocratique et pacifique, et l’inviter à « plus de vigilance pour qu’il ne soit pas entraîné par les illusions « .

Le refus officiel de la CNLTD d’accepter l’offre du FFS pourrait bien être qualifié de camouflet. Ce vieux parti, qui ambitionne de rassembler toutes les forces nationales autour d’une table, vient de subir son premier échec. Certains observateurs avaient estimé que la démarche du FFS aurait pu avoir plus de crédibilité si, au départ des consultations, la direction nationale du parti avait commencé par le gouvernement Sellal, ou par les vrais représentants du chef de l’Etat, Abdelaziz Bouteflika. Même le FLN de Saidani reprochait il ya bien longtemps le fait que son parti ne soit pas aux commandes, ni aux différents pouvoirs. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email