-- -- -- / -- -- --
Nationale

La CNAS appelée à rembourser les cancéreux traités chez les privés

La CNAS appelée à rembourser les cancéreux traités chez les privés

La Caisse nationale des assurances sociales (CNAS) doit prendre en charge les malades cancéreux traités dans les cliniques privées. Une revendication exprimée vendredi par le président de l’Association nationale des chirurgiens libéraux, le docteur Zaki Chaouchaoua, lors du 6e colloque de la chirurgie. Il a déploré le fait que les malades atteints du cancer se tournent vers le secteur privé du fait qu’ils rencontrent de grandes difficultés à obtenir un rendez-vous pour la radiothérapie dans le secteur public.

Mais il se trouve que bon nombre de ces malades ne peuvent pas recevoir leur traitement au niveau du privé, car très coûteux. D’où l’impératif pour la CNAS de les prendre en charge. « Le problème qui se pose actuellement est lié à la difficulté d’obtenir un rendez-vous dans les délais requis pour des séances de radiothérapie dans le secteur public », a-t-il souligné, en recommandant une coordination entre les secteurs public et privé afin de garantir une prise en charge du malade à temps, comme c’est le cas dans plusieurs pays du monde. En progression inquiétante, le cancer est devenu un véritable problème de santé publique en Algérie avec 50 000 nouveaux cas enregistrés chaque année. Et malgré le Plan national anti-cancer 2015-2019, la prise en charge des patients atteints de cette maladie terrible laisse à désirer. Souvent, ils ne peuvent pas effectuer une radiologie (scanner ou IRM) et même une échographie au niveau des structures hospitalières publiques, ce qui les contraint à se diriger vers des centres de radiologie et d’imagerie privés en payant des sommes excessives. Il en est de même pour la radiothérapie dans les centres privés où le coût des traitements est hors de portée de la plupart des malades. « 15 000 DA la séance de radiothérapie chez le privé », un prix qui contraint souvent les malades à abandonner les soins. Bien qu’étant une maladie chronique qui donne droit à une prise en charge totale, les malades souffrant du cancer ne sont pas remboursés ou le sont très peu par la sécurité sociale. Pour la radiothérapie, par exemple, la CNAS leur rembourse la somme dérisoire de 400 dinars sur 15 000 DA dépensés. Face à cette situation lamentable, les associations de lutte contre le cancer, tout comme les professionnels de la santé, dénoncent le déficit grave en matière de prise en charge des malades atteints du cancer, qui réduit leur espérance de vie en engendrant des morts parfois évitables.

Le ministère de l’Emploi et de la Sécurité sociale a été souvent interpellé pour réviser le système de remboursement de ces malades et remédier au vide législatif en ce qui concerne la prise en charge d’une manière effective, mais peu de choses ont été concrétisées à ce jour, alors que le cancer a décimé des milliers de personnes en Algérie. La Ligue algérienne de défense des droits de l’homme avait déjà parlé de 12 000 décès du cancer chaque année faute de prise en charge adéquate.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email