-- -- -- / -- -- --
Lifestyle Santé

La cleptomanie, sœur de la mythomanie

La cleptomanie, sœur de la mythomanie

Le vol au même titre que le mensonge est d’abord un péché sur le plan de la religion. C’est un acte préjudiciable qu’il ne faut pas commettre.

D’ailleurs toutes les religions l’interdisent, faisant un lourd procès contre le bien mal acquis. La société rejette aussi fortement l’acte de posséder un bien injustement gagné. Le vol est sévèrement puni par les tribunaux. Celui qui le commet s’attend à de pires sanctions quant il est découvert.

Cette sanction peut être d’ordre moral sur la plan de la religion. Elle se traduit par la privation de la liberté et une lourde réparation matérielle sur le plan pénal. Les êtres normalement constitués sont conscient de leur acte répréhensible quant ils commettent un vol. Au niveau de la foi, ils peuvent être sujets à des remords intolérables.

S’ils ne sont pas croyants, ils vivent dans la perpétuelle crainte d’être découvert. Leur seule prétendue protection s’appuie sur ce principe, ‘’voler n’est pas interdit mais il ne faut se laisser attraper’’

Le cleptomane, quant à lui, ne tient aucun compte de ces considérations. Pour lui, dans son subconscient, en volant, il ne fait pas du tout un acte répréhensible. Certes quant il subtilise un objet, il le fait en sorte dans la discrétion, veillant à ne pas être vu, particulièrement par le propriétaire des lieux ou des surveillants .

Dans la réalité, cette faculté de dérober sans être vu, atteint chez le cleptomane avec le temps et le niveau sévère de la maladie des performances redoutables. Ce dangereux cleptomane constitue la bête noire des hôtels, des supermarchés et des locaux commerciaux en général. Il est pratiquement impossible de le prendre en flagrant délit, telle son ingéniosité est grande dans ces actes pervers. Ces personnes souffrant de cleptomanie sont sujets ainsi d’une véritable maladie. Cela se justifie dans le fait qu’ils volent uniquement dans le seul but de volet. Leur objectif n’est pas de pouvoir jouir de l’objet volé ou de faire du commerce pour aboutir à une activité lucrative.

Non, rien de tout cela. Leur maladie se résume au seul constat de voler pour voler. D’ailleurs bien souvent le cleptomane, une fois à l’air libre, son forfait accompli, il jette les objets subtilisés quelque part dans la nature, Il ne tient même pas à réaliser une bonne action tendant à offrir les objets subtilisés à des personnes qui ont en besoin. 

L’envie folle de commettre des vols chez le cleptomane est irrésistible, pouvant atteindre des limites insoupçonnées. Même s’il lui arrive d’être découvert, le cleptomane reste froid et insensible devant les terribles reproches et la honte subie. Cette douloureuse épreuve ne l’empêche nullement de recommencer ses méfaits. Le vol devient ainsi une véritable drogue.

Pour continuer à l’appliquer, il se concentre sur les objets courants de faible valeur. S’il est ainsi découvert, on ne peut rien contre lui parce que l’on ne va pas envoyer un voleur au tribunal pour avoir subtilisé des cuillères, un stylo ou des fruits.
La cleptomanie est une maladie difficilement guérissable. Le patient convenablement traité peut s’en sortir mais les rechutes sont malheureusement possibles. Si le mobile de la maladie chez le mythomane est le mensonge, chez le cleptomane c’est le vol. L’une et l’autre s’apparentent ainsi à des sœurs d’une même famille.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email