-- -- -- / -- -- --
Nationale

La Chine freine le rebond des cours

La Chine freine le rebond des cours

Les cours du brut ont ouvert en légère baisse vendredi matin en raison des chiffres publiés par la Chine sur son commerce extérieur. Des chiffres assez contrastés qui n’ont pas manqué d’influer sur les échanges boursiers, notamment à New York.

La Chine a vu son commerce reculer en 2016, démontrant le net essoufflement du géant mondial aussi bien dans ses exportations que dans ses importations.

C’est ce constat qui fait dire à un analyste que le “marché du pétrole souffre des chiffres du commerce chinois”. Il faut rappeler que la Chine est le deuxième consommateur de pétrole après les Etats Unis, d’où les craintes affichées sur la faiblesse du secteur manufacturier. Pourtant, les importations chinoises en pétrole ont augmenté de volume de plus de 10% par rapport à l’année 2015. C’est ce contraste qui rend les investisseurs moins optimistes et moins engagés sur l’avenir.

Depuis des années, les Chinois consomment d’une manière intensive le pétrole, soit en brut, soit en produits raffinés, pesant lourdement sur la valeur du brut au sein des marchés mondiaux.

Ces annonces ont créé de fortes fluctuations, alors que les incertitudes persistent quant au respect des clauses de l’accord de Vienne signé par l’OPEP et les 11 partenaires non OPEP. Pourtant, les deux gros producteurs mondiaux, la Russie et l’Arabie saoudite, ont affirmé hier qu’ils ont limité grandement leurs productions et surtout leurs exportations de brut.

Ce vendredi, en fin de matinée, le Brent de la mer du Nord valait 55,45 dollars le baril à Londres, soit une baisse de 56 cents par rapport à la clôture de jeudi. A New York, le WTI balançait encore sous les 52,50 dollars le baril, notamment dans les échanges électroniques.

Ces “scores” ont effacé le rebond constaté depuis deux jours.Par ailleurs, le ministre saoudien de l’Energie a affirmé que son pays produit moins de 10 millions de barils par jour, son plus bas niveau d’extraction depuis 22 mois, tout comme la Russie, qui semble prouver sa volonté de respecter son engagement de limiter la production.

Le cours du pétrole , le Brent, référence pour le pétrole algérien, a atteint 56.2 dollars le baril à 18h41 GMT, profitant de l’annonce par de membres-clé de l’Opep de la réduction de leur production et de leurs exports.

Mais aussi de la faiblesse du dollar face à l’euro. Mais les intentions saoudiennes n’ont pas vraiment convaincu les investisseurs qui hésitent encore, alors que les importations chinoises ont augmenté sensiblement et que la monnaie américaine demeure affaiblie par rapport à l’euro et d’autres monnaies étrangères.

Des experts s’attendent à une nouvelle série d’annonces à la presse en fin de semaine prochaine, d’autant que le comité de surveillance et de suivi, dont l’Algérie fait partie, doit se réunir dans la capitale autrichienne, pour évaluer les premiers résultats de l’accord OPEP-non OPEP. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email