La Chine et l’Afrique, compagnons de route vers la modernisation – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Monde Afrique

La Chine et l’Afrique, compagnons de route vers la modernisation

La Chine et l’Afrique, compagnons de route vers la modernisation

Récemment, les habitants du comté de Garissa, dans le nord-est du Kenya, ont vu leurs revenus augmenter, grâce à la disponibilité d’une quantité suffisante d’électricité. La centrale photovoltaïque de Garissa, construite par des entreprises chinoises, a permis de résoudre efficacement le problème de la pénurie d’électricité locale et d’injecter de l’énergie dynamique verte dans le développement du Kenya.

Il y a dix ans, la Chine a avancé le principe de sincérité, de résultats effectifs, d’amitié et de bonne foi pour les relations sino-africaines. Au cours des 10 dernières années, la Chine a participé à la construction de plus de 6.000 kilomètres de voies ferrées, 6.000 kilomètres de routes et plus de 80 installations électriques de grande envergure … De nombreux exemples corroborent le fait que la Chine souhaite accompagner l’Afrique sur la voie de la modernisation.

La Chine est le plus grand pays en développement du monde, et l’Afrique est le continent qui compte le plus grand nombre de pays en développement. Fortes d’une profonde amitié traditionnelle, d’une solide confiance politique mutuelle et d’une étroite coopération économique et commerciale, les deux parties sont tout à fait capables de coopérer dans un esprit gagnant-gagnant et de devenir de bons amis et partenaires sur la voie de la modernisation.

Actuellement, la Chine travaille à la promotion de la modernisation chinoise et souhaite partager les opportunités offertes par son développement avec les pays africains. Premier partenaire commercial de l’Afrique depuis 14 années consécutives, la Chine a enregistré un volume des échanges commerciaux de 1.870 milliards de RMB avec l’Afrique en 2022, soit une hausse de 14,8 % d’une année sur l’autre.

À l’heure actuelle, la Chine est la deuxième destination des exportations agricoles de l’Afrique. Les graines de sésame et les arachides africaines représentent 80 % du total des importations chinoises de ces produits. D’ici 2035, le volume commercial annuel entre la Chine et l’Afrique devrait atteindre 300 milliards de dollars. L’expérience de la modernisation à la chinoise est désormais suivie et étudiée par de plus en plus d’Africains. Rahamtalla Mohamed Osman Elnor, représentant de l’Union africaine en Chine, a déclaré que la modernisation à la chinoise constituait une source d’inspiration pour l’Afrique et qu’il espérait continuer à partager les expériences de développement de chacun dans le cadre d’un apprentissage mutuel.

Dans le même temps, la Chine soutient activement les pays africains dans leurs efforts de modernisation et de développement autonome. En 2015, l’Union africaine a adopté l’Agenda 2063, qui vise à construire une Afrique intégrée, prospère et en paix d’ici 50 ans. La promotion de l’intégration est la voie de modernisation librement choisie par les pays et les peuples africains.

La Chine lancera l’Initiative pour le soutien à l’industrialisation de l’Afrique, le Programme d’assistance à la modernisation de l’agriculture de l’Afrique et le Plan de coopération sino-africaine pour le développement des talents. Ces initiatives répondent aux besoins de modernisation et de développement de l’Afrique et sont propices au renforcement de son développement autonome, à la promotion de son intégration et de sa modernisation, ainsi qu’à la consolidation de la coopération sino-africaine.

L’Afrique dispose d’un grand potentiel d’industrialisation. À l’heure actuelle, la Chine a établi des mécanismes de coopération en matière de capacité de production avec 15 pays africains. À l’avenir, la Chine soutiendra le développement du secteur manufacturier en Afrique, mettra en œuvre les « neuf programmes » du Forum sur la coopération sino-africaine, coopérera avec l’Afrique dans le cadre de l’Initiative « la Ceinture et la Route » et de l’Initiative pour le développement mondial, et orientera les ressources de coopération vers les projets d’industrialisation de l’Afrique, de manière à accompagner le continent dans la réalisation rapide d’une industrialisation verte, coordonnée et durable.

À l’heure actuelle, l’agriculture demeure le pilier de l’économie et la source de subsistance de la plupart des pays africains. Ces dernières années, en raison de l’impact des risques géopolitiques mondiaux, l’approvisionnement alimentaire mondial a été mis à rude épreuve et les prix des denrées alimentaires ont grimpé en flèche, ce qui a eu un impact direct sur la sécurité alimentaire en Afrique.

La Chine accompagnera l’Afrique dans l’extension de ses cultures céréalières, encouragera les entreprises chinoises à accroître leurs investissements dans l’agriculture en Afrique et renforcera la coopération sur les technologies agricoles, dont celles liées aux semences, en vue de contribuer à la transformation et à la montée en gamme de l’agriculture en Afrique. Ces initiatives encourageront fortement la modernisation de l’agriculture des pays africains et devraient permettre de résoudre en grande partie les défis de sécurité alimentaire auxquels sont confrontés les pays africains.

Dans le monde d’aujourd’hui de changements et d’instabilités, la Chine et les pays africains partagent des points de vue et des aspirations similaires en ce qui concerne l’ordre international actuel et l’amélioration de la gouvernance mondiale. Les deux parties sont également des membres naturels de la grande famille du Sud global.

La Chine continuera de soutenir les efforts de l’Afrique visant à parler d’une seule voix dans les affaires internationales. Elle travaillera activement au Sommet du G20 du mois prochain à ce que l’UA devienne membre à part entière du G20. Elle soutient l’adoption de dispositions spéciales permettant de répondre en priorité aux aspirations de l’Afrique sur la question de la réforme du Conseil de Sécurité des Nations unies, et appelle les institutions financières multilatérales à renforcer le droit à la parole des pays africains.

Ces soutiens concrets renforceront fortement le droit à la parole et l’influence des pays africains sur la scène internationale et créeront un environnement favorable à la réalisation de leur objectif de modernisation.

Un proverbe africain dit : « Seul, on va vite ; ensemble, on va loin. » Sur la voie de la modernisation, la Chine travaillera avec l’Afrique pour construire une communauté de destin de haut niveau Chine-Afrique et créer un avenir meilleur pour les deux peuples.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email