-- -- -- / -- -- --
Nationale

La chancelière allemande attendue lundi à Alger

La chancelière allemande attendue lundi à Alger

Attendue lundi à Alger, la chancelière allemande Angela Merkel effectue une visite officielle de deux jours en Algérie à l’invitation du président de la République Abdelaziz Bouteflika, a annoncé hier un communiqué de la présidence.

A son arrivée, la chancelière se réunira avec le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, et sera reçue demain par le président de la République.

Les entretiens entre celui-ci et la chancelière permettront aux deux parties d’échanger leurs points de vue, notamment sur les relations entre l’Algérie et l’Union européenne, la situation sécuritaire au Maghreb, au Sahel et au Moyen-Orient. Les deux parties aborderont également la question de l’immigration.

Cette visite, la deuxième du genre après celle de 2008, intervient après celle en janvier 2016 du Premier ministre Abdelmalek Sellal à Berlin, au cours de laquelle les deux parties avaient identifié une trentaine de projets de partenariat à concrétiser à court et à moyen termes.

Troisième puissance économique mondiale après les Etats-Unis et le Japon, et première puissance économique de l’Europe, l’Allemagne est considérée comme un partenaire très intéressant pour l’Algérie notamment en termes de transfert de technologies et d’industrialisation.

Cette visite sera marquée d’ailleurs par la tenue demain de la 6e session de la commission mixte de coopération algéro-allemande et du forum d’affaires entre les entreprises des deux pays, qui regroupera près de 70 opérateurs allemands et une centaine d’opérateurs économiques algériens afin d’identifier et de cibler des projets susceptibles de faire l’objet de partenariat entre les entreprises des deux pays.

Un certain nombre de filières industrielles soutenant la politique de diversification économique en Algérie intéresse les entreprises allemandes dont particulièrement l’industrie mécanique, la sous-traitance automobile, l’énergie renouvelable, la chimie et l’industrie pharmaceutique.

Dans la filière mécanique, l’Algérie et l’Allemagne sont déjà liées par des partenariats tels ceux de la production en Algérie de véhicules Mercedes-Benz entre le groupe allemand Daimler (société mère de Mercedes-Benz), la Société nationale de véhicules industriels (SNVI), le ministère de la Défense nationale (MDN) et le groupe émirati Aabar.

Il s’agit de trois sociétés mixtes algéro-germano-émiraties créées en 2012 pour développer l’industrie mécanique en Algérie : Société algérienne pour la production de poids lourds Mercedes-Benz (SAPPL.MB) à Rouiba, Société algérienne pour la fabrication de véhicules de marque Mercedes-Benz (Safav) à Tiaret et Société algérienne de fabrication de moteurs de marque Mercedes-Benz, Deutz et MTU à Constantine.

En outre, le constructeur allemand de véhicules Volkswagen a signé il y a quelques mois un protocole d’accord avec le concessionnaire automobile Sovac pour la création d’une usine de montage de véhicules de cette marque en Algérie. Cette usine, qui sera implantée à Relizane, entrera en production en juin prochain.

Quatre modèles seront assemblés, à savoir Volkswagen Golf 7, Seat Ibiza, Skoda Octavia et Volkswagen Caddy avec une capacité de production de 12 000 unités/an pour la première année avant d’atteindre 100 000 véhicules/an après cinq années d’activité. Un investissement de quelque 170 millions d’euros est nécessaire pour réaliser le projet.

« Ce partenariat permettra à l’Algérie d’être un pont d’exportation des véhicules de cette marque vers les pays du Maghreb, arabes et toute l’Afrique », estiment les deux partenaires. Au total, plus de 200 entreprises allemandes activant dans différents secteurs sont implantées actuellement en Algérie.

L’Allemagne et l’Algérie coopèrent aussi dans les produits d’hélium, un gaz rare dont l’Algérie est l’un des producteurs et qui sert notamment dans l’industrie spatiale et la production de fibres optiques.

Sur le plan commercial, il y a un gros déséquilibre de la balance commerciale en défaveur de l’Algérie. Sur l’année 2016, les échanges commerciaux entre les deux pays se sont établis à 3,07 milliards de dollars avec plus de 3 milliards de dollars d’importations algériennes auprès de l’Allemagne, et près de 64 millions de dollars seulement d’exportations algériennes, soit un déficit de 2,94 milliards de dollars.

Les importations algériennes sont constituées notamment de biens d’équipement industriel et de biens de consommation, tandis que les exportations sont dominées par les hydrocarbures (pétrole et gaz) et les demi-produits.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email