-- -- -- / -- -- --
Monde

La Belgique revoit à la hausse son état d’alerte

La Belgique revoit à la hausse son état d’alerte

La police belge a émis hier matin un nouvel avis de recherche à l’encontre d’un suspect clé des attentats de Paris, Salah Abdeslam, qui « pourrait être lourdement armé » et toujours en cavale, ce qui a conduit la Belgique à relever son niveau d’alerte.

Salah Abdeslam, le frère d’un des kamikazes morts dans les attaques qui ont fait 129 morts à Paris vendredi soir, est déjà visé par un mandat d’arrêt international de la justice belge depuis dimanche soir. La police française avait émis dimanche un avis de recherche, le qualifiant de « dangereux ».

Dans un nouvel appel à témoins publié hier matin, la police belge avertit qu’il « pourrait être lourdement armé ».
Deux suspects ont été inculpés lundi soir par la justice belge pour « attentat terroriste » et « participation aux activités d’un groupe terroriste » puis placés en détention provisoire.

Ces deux Belges originaires de la commune bruxelloise de Molenbeek, Mohammed Amri (27 ans) et Hamza Attou (21 ans), tous deux âgés d’une vingtaine d’année, étaient dans une voiture contrôlée par des gendarmes français dans le nord de la France alors qu’elle remontait de Paris vers Bruxelles, quelques heures après les attentats qui ont fait au moins 129 morts vendredi soir.

Ils ont déclaré en garde à vue qu’ils avaient déposé Salah Abdeslam, qui se trouvait avec eux lors du contrôle, samedi matin dans Bruxelles, a indiqué une source judiciaire, confirmant une information des médias belges. Mais leurs versions divergent sur le lieu où le suspect, un Français né à Bruxelles, a été déposé.

La police belge avait monté lundi matin une opération d’envergure à Molenbeek pour tenter d’interpeller ce suspect clé, qualifié d’« ennemi public numéro un » par les médias belges, mais elle a fait chou blanc.
Cette commune populaire de l’agglomération bruxelloise, à forte population immigrée, est mise en cause pour être un vivier de jihadistes.

C’est là qu’a grandi Salah Abdelsam, mais aussi son frère Brahim, qui s’est fait exploser devant un bar dans l’Est parisien vendredi soir.
Dans la nuit de lundi à mardi, les autorités ont décidé de relever le niveau de menace pour toute la Belgique au niveau 3, ou grave (menace possible et vraisemblable), ce qui a entraîné l’annulation du match de football de prestige Belgique-Espagne prévu hier soir à Bruxelles.
Cette décision est directement liée au fait que Salah Abdeslam est toujours en fuite et pourrait se terrer en Belgique, a reconnu le ministre belge de l’Intérieur Jan Jambon.

« Il y avait des indications qu’il se trouvait à Molenbeek. On n’a pas réussi à l’interpeller. Ceci a conduit à relever le niveau d’alerte », a-t-il expliqué sur la radio publique flamande. « Je pars du principe qu’on reste au niveau 3 tant qu’il est dans la nature ». Les forces de l’ordre belges « font tout pour trouver cet homme et l’arrêter », a promis Jan Jambon.

Un frère de Salah, Mohamed, avait été interpellé samedi par la police belge à Molenbeek, mais il a été relâché sans être inculpé grâce à plusieurs témoignages attestant de sa présence en Belgique au moment des attentats.

Selon des sources proches de l’enquête en France, Salah Abdeslam avait été incarcéré en Belgique pour des braquages, dans un dossier où apparaissait également un jihadiste belge notoire du groupe Etat islamique.

Cet homme, Abdelhamid Abaaoud, 28 ans, est considéré comme le commanditaire des attentats projetés par la cellule de Verviers, dans l’est de la Belgique. Cette cellule jihadiste s’apprêtait à s’attaquer à des policiers ou des commissariats quand elle avait été démantelée en janvier quelques jours après les attentats parisiens contre Charlie Hebdo et l’Hyper Cacher.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email