-- -- -- / -- -- --
Nationale

La BEA organise une rencontre régionale au profit de ses clients

La BEA organise une rencontre régionale au profit de ses clients

Une rencontre regroupant les investisseurs privés des wilayas de Blida, Médéa, Djelfa, Aïn Defla et Chlef a été organisée par la Banque extérieure d’Algérie (BEA) à Blida, dans le but de
« vulgariser l’emprunt obligataire destiné à la croissance économique ainsi que pour sensibiliser l’ensemble des opérateurs et les convaincre de souscrire à cet emprunt d’intérêt national », a expliqué Mohamed Loukal, PDG de la Banque extérieure d’Algérie.

Cet emprunt, lancé par le gouvernement le 17 avril, a permis à la BEA d’atteindre quelque 35 milliards de dinars. Pour rappel, trois jours seulement après le lancement de cet emprunt, la BEA enregistrait déjà 20 milliards de dinars.

« Nous sommes en train d’atteindre notre vitesse de croisière en matière de titres », a déclaré M. Loukal. Et d’ajouter : « Ce chiffre a tendance à progresser. » Cette banque a ainsi lancé une campagne visant à expliquer tout l’intérêt de cet emprunt obligataire.

Cette journée d’information s’inscrit dans une série de rencontres. Ainsi, après Blida, les responsables de cette banque seront à Hassi Messaoud, ce jeudi, pour réunir toutes les wilayas du Sud, puis ils se rendront dans les Hauts Plateaux le 9 de ce mois, dans l’Est algérien le 12, et enfin, dans l’ouest du pays le 16. Cette action concernera aussi bien les entreprises privées que publiques.

M. Loukal a expliqué à ce sujet : « Les entreprises ont intérêt à regarder de plus près cet emprunt parce qu’il offre une très bonne attractivité en matière de rémunération. Ensuite, ce sont des titres qui sont très flexibles.

Ils peuvent être endossables, transportables, déposés en garantie de crédit. » La BEA se distingue des autres banques, dans le domaine de la communication, car elle a opté pour une stratégie originale qui consiste à aller vers sa clientèle pour lui expliquer toutes ses nouveautés.

Dans le même sillage de ces stratégies, le PDG de la BEA, Mohamed Loukal, n’a pas hésité à signaler que « la BEA est traditionnellement une banque des hydrocarbures. Aujourd’hui, c’est une banque universelle et totalement diversifiée ». Avec humour, il a conclu en disant que, d’habitude, lorsque Sonatrach éternue, la BEA attrape le rhume. « Aujourd’hui, hamdoullah, nous sommes en très bonne santé », financièrement parlant.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email