-- -- -- / -- -- --
Nationale

La balance commerciale au rouge

La balance commerciale au rouge

Le recul des importations et des transactions commerciales internationales se fait de plus en plus sentir à l’intérieur du pays. Selon les dernières données communiquées par les Douanes algériennes, « le déficit commercial de l’Algérie a atteint 11,93 milliards de dollars durant les sept premiers mois de 2016 contre 9,43 milliards pour la même période de 2015, soit une hausse du déficit de 26,5% ».

Cependant ce constat fait aujourd’hui date déjà de trois années où le déficit est déjà enregistré en 2014, 2015 et se poursuit pour cette année.

En effet, le déficit en matière de commerce extérieur commence sérieusement à prendre de l’ampleur, à commencer par l’année 2015 où les données du commerce extérieur fournies par le CNIS montrent une baisse de 6% des importations au premier trimestre par rapport à la même période de 2014.

En effet, 13,04 milliards de dollars d’importations au premier trimestre 2015, soit une baisse de 6% par rapport au premier trimestre 2014.

Cette évolution du déficit se poursuit et c’est le même constat pour l’année 2016 où les importations ont baissé pour s’établir autour de 27,07 milliards de dollars contre 31, 53 milliards, soit une réduction de 14,14 %, soit 4,46 milliards de dollars de perte en termes de monnaie. Ce qui prouve que le déficit va crescendo d’année en année et crée une déstabilisation avérée au niveau du commerce extérieur.

Cette déstabilisation est encore renforcée par le recul des exportations à 15,14 milliards de dollars durant les sept premiers mois de 2016 contre 22,1 milliards pour la même période de 2015, soit moins 31,48%, et une réduction de gain de près de 7 milliards de dollars.

Malgré ce déficit commercial, les analyses faites par le Centre national de l’informatique et des statistiques des Douanes (Cnis) montrent que le rythme des exportations est peu considérable par rapport aux importations qui s’établissent à 27,07 milliards de dollars.

Les mêmes données font ressortir que le taux de couverture des importations par les exportations est ainsi passé à 56% contre 70% entre les deux périodes des trimestres 2015/2016. La rétrospective des chiffres de l’année 2015 laissent apparaître que les importations effectuées en 2014/2015 se partagent en trois grandes composantes.

Il s’agit des biens d’équipement (35,6%) des biens intermédiaires (29,1%) et des biens de consommation (35,3%). Alors que les biens alimentaires accaparent une part d’au moins 19,3% et les biens non alimentaires 16%. Les importations totales ont connu une baisse de 5,9% en valeur courante, due quasi totalement à la baisse des volumes importés (-5,1%).

Comparativement aux données du premier trimestre 2016 pour les mêmes produits, le Cnis fait apparaître que les produits alimentaires ont ainsi reculé à 4,69 milliards de dollars contre 5,75 milliards, les biens d’équipement industriels à 8,83 milliards de dollars contre 10,45 milliards.

Alors que les biens d’équipement agricoles se situent à 278 millions de dollars contre 416 millions, les demi-produits à 6,82 milliards de dollars contre 7,15, les produits bruts à 929 millions de dollars contre 970 millions et les biens de consommation non alimentaires à 4,71 milliards de dollars contre 5,29.

Cependant le Cnis ne manque pas de faire ressortir que les hydrocarbures continuent de représenter l’essentiel des ventes algériennes à l’étranger pour une part de 93,73% du volume global des exportations, avec un montant de 14,19 milliards de dollars pour les sept premiers mois, contre 20,9 milliards de dollars pour la même période de 2015, soit une baisse de 6,71 milliards de dollars. En conclusion, les exportations hors hydrocarbures, qui ont représenté 6,27% du montant global des exportations, ont diminué à 949 millions de dollars, soit en baisse de 20,72% par rapport aux sept premiers mois de 2015. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email