-- -- -- / -- -- --
Nationale

Khiati: le dialogue ne doit pas être à sens unique

Khiati: le dialogue ne doit pas être à sens unique

Le « dialogue ne doit pas être un monopole, qui soit dédié uniquement à une instance mise en place par le pouvoir et que cette instance fait l’objet de critiques assez acerbes de la part du Hirak » a estimé ce mercredi le président de la Forem, le professeur Mustapha Khiati, après la réunion de la société civile avec les différentes forces démocratiques, samedi dernier à Alger.

Il a expliqué que « c’est, depuis le 22 février, la première fois qu’il y a à la même table tous les partis, à l’exception du MDS, et de nombreuses personnalités ; même certaines personnalités qui n’ont pas pu assister ont apporté leur soutien », ajoutant que « c’est la première réunion de consensus et le plus beau est que cette réunion a été rendue possible grâce à la société civile ».
Le Pr Khiati a souligné, dans une déclaration à TSA, que « dans les prochains jours, il y aura une étude de toutes ces propositions, et nous nous acheminons comme cela été prévu par la société civile, vers une deuxième réunion si ce n’est pas encore prématuré, soit carrément vers une conférence nationale ».

Le président de la Forem a relevé, concernant les initiatives de sorties de crise qu’ « il appartient au peuple de s’exprimer et faire des propositions. Et pourquoi ne pas voir l’instance qui s’est réunie samedi proposer carrément un nom au cours des prochains jours, ou des noms pour diriger un gouvernement de transition. » « Éventuellement proposer certaines personnalités, qu’elle cautionnera, pour être des candidats à la présidentielle », ajoute t-il. Il affirme cependant que pour arriver à cette phase, il faut « prendre un certain nombre de mesures d’apaisement cités aussi bien lors des réunions du 15 juin (plateforme de Ain Benian) que du 6 juillet (Forces de l’Alternative démocratique). » Et, si le chef de l’état ainsi que le chef d’état-major de l’ANP insistent pour la tenue d’une élection présidentielle dans les plus brefs délais, le Pr Khiati pense cependant que les conditions actuelles « ne le sont pas. Mais ce qui est nouveau c’est que la société civile, l’opposition de façon générale et les personnalités sont en train de faire un seul corps et de faire des propositions. Espérons que ça va aller dans le bon sens et que ces propositions seront efficientes. »

Pour le reste, il avertit qu’il y a « des défis économiques extrêmement importants qui nous attendent dans quelques mois et plus rapidement on aboutira à une sortie de crise mieux ça vaudra pour notre pays et notre peuple. » « Le problème c’est qu’on a perdu six mois depuis le mois de février, qu’on aurait pu gagner de façon très positive, n’était-ce malheureusement l’entêtement des uns et des autres. J’espère qu’on ne va pas encore perdre plusieurs mois pour arriver à des évidences. »

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email