-- -- -- / -- -- --
Nationale

Kameleddine Fekhar dans un état grave

Kameleddine Fekhar dans un état grave

Le docteur Kameleddine Fekhar et QaqqemSoufghalem, qui devaient être présentés dimanche matin devant le juge d’instruction du tribunal de Ghardaïa, n’ont pu se déplacer à cause de leur état de santé jugé très grave.

Selon leurs avocats, Kameleddine Fekhar est venu dans un état très faible sur un fauteuil roulant : « Il ne pouvait même pas se tenir debout ni parler ; de ce fait, il n’a pas pu être interrogé par le juge d’instruction accompagné du procureur de la République », disent-ils. Kameleddine Fekhar a déclaré avoir été mis dans une cellule isolée dans le pavillon numéro 4 réservé aux condamnés définitifs qui sont considérés comme des personnes dangereuses.

Il ajouté que c’est une cellule sans air conditionné et en plus il est privé d’eau fraîche le tout en passant plus de 16h par jour dans un isolement total dans le but de lui saper le moral. Ses avocats Fatiha Rahmouni, Chalabi RafikZaïdi, Dadi Oubeka Mounir, Dabouz

Salah,Dhaiaeddine Bouhali, Ahmin Noreddineont publié un communiqué dans lequel ils dénoncent « ces actes immoraux et inhumains qui dépassent toutes les limites ». Des membres du collectif des avocats des accusés se sont rendus à l’établissement pénitentiaire de Ménéa pour s’entretenir avec leurs clients au sujet de l’affaire.

« La surprise a été grande pour les membres quand ils ont vu que le Dr Kameleddine Fekhar a été ramené dans un fauteuil roulant, parce qu’il était incapable de bouger à cause de son état de santé qui s’est détérioré suite à la grève de la faim qu’il observe depuis 18 jours », disent-ils.

« C’est avec beaucoup de difficulté que le Dr Kameleddine Fekhar a pu prononcer quelques mots à cause de la dégradation avancée de son état de santé. Il a affirmé qu’on l’a privé du sucre qu’il prend pour pouvoir résister et cela relève d’une conspiration visant à le liquider. Ce qui conforte cette intention diabolique, selon lui, c’est le fait que le médecin de la prison ait refusé de le faire transporter à la clinique pour avoir des soins car il a reçu des ordres de l’administration l’empêchant de le faire », ajoutent-ils.

Pour rappel, le militant mozabite Kameleddine Fekhar a été arrêté par les services de sécurité. Il a multiplié ces derniers jours ses interventions dans des médias étrangers et nationaux pour dénoncer avec véhémence la violence meurtrière qui s’est abattue sur la vallée du M’zab.

Le procureur de la République du tribunal de Ghardaïa a assuré que Kameleddine Fekhar a été traité de la même manière que ses codétenus, démentant ce qu’il a qualifié d’allégations concernant la privation des droits légaux de ce prévenu, interpellé pour son « implication présumée dans les événements qu’a connus la région de Ghardaïa ».L’arrestation de K. Fekhar a été effectuée dans « la légalité et il est traité conformément à la loi en vigueur », a-t-il assuré, avant de signaler que l’intéressé a « reçu la visite des membres de sa famille et s’est entretenu au téléphone avec son épouse, sa fille et sa mère ».

L’interpellation de l’ensemble des personnes présumées impliquées dans les derniers événements douloureux qu’a connus la wilaya de Ghardaïa a eu lieu « conformément aux lois de la République » et fait suite à une enquête judiciaire ; elles sont traitées dans « le strictrespect de la Constitution », a-t-il encore souligné.

Le procureur Menguelati Hussein a indiqué que les interpellations ont été effectuées dans le « respect de la procédure judiciaire ». « L’ensemble des personnes interpellées sont traitées dans le respect de la dignité humaine et de la loi en vigueur », a-t-il assuré, ajoutant que les droits fondamentaux accordés aux personnes interpellées sont « préservés et qu’elles n’ont pas fait l’objet d’injustice ou de négligence ou de traitement en dehors de la loi ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email