-- -- -- / -- -- --
Culture

Kabla el-hobbi bi qalil

Kabla el-hobbi bi qalil

Edité par El Ikhtilef en Algérie, mais aussi en Tunisie et au Liban, le nouveau roman en langue arabe Kabla el-hobbi bi qalil de l’auteur algérien bilingue Amin Zaoui porte sur la problématique de l’histoire et en même temps sur la glorification du passé et la passion amoureuse.

Dans Kabla el-hobbi bi qalil (Juste avant l’amour), les thèmes de la passion amoureuse et du pouvoir servent à dresser le réquisitoire contre l’élite politique algérienne entre la fin des années 1970 et le début des années 1980.

Dans ce livre de 256 pages, le romancier scrute les mutations, souvent brutales, aux plans politique et culturel en Algérie à cette époque, à travers les regards de Habil et de Sara, et des autres personnages qui peuplent ce roman se déroulant dans la ville d’Oran, rapporte l’Agence presse service d’Algérie. Plus centrés sur leurs parcours individuels que sur leur histoire d’amour contrarié, les récits des deux héros renvoient à des préoccupations amoureuses, politiques et humanistes qui s’avèrent tout aussi importantes chez les autres personnages.

Ces questionnements s’illustrent dans le récit du militant nationaliste Baba Slimane, gardien du garage où Habil, devenu bouquiniste, habite, ou encore chez le général Si Sofiane, époux de Sara, qui ne consent à livrer ses secrets qu’une fois atteint de la maladie d’Alzheimer.

Privilégiant l’imbrication de plusieurs récits et une narration polyphonique, l’auteur multiplie les allusions et les symboles (du pouvoir notamment) pour décrire une atmosphère trouble, voire délétère, régnant à une époque de grands bouleversements idéologiques. Ces changements vont profondément marquer la société, ils sont aussi représentés par l’histoire du cinéaste surnommé « Hitchcock », véritable figure de l’intellectuel engagé qui finira assassiné par des extrémistes après la mise en échec du projet politique voulu dans les années 1970.

Avec un regard nostalgique sur Oran et ses traditions, un procès sévère contre les « pères » symbolisant le pouvoir et l’oppression, Amin Zaoui propose une œuvre en dialogue avec ses précédents écrits comme Le miel de la sieste (2014). Kabla el-hobbi bi qalil sera disponible lors du 20e Salon international du livre d’Alger (SILA, 28 octobre-07 novembre).

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email