Journée nationale pharmaceutique à Ghardaïa : Débat sur la responsabilité des praticiens et des officines  – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Journée nationale pharmaceutique à Ghardaïa : Débat sur la responsabilité des praticiens et des officines 

Journée nationale pharmaceutique à Ghardaïa : Débat sur la responsabilité des praticiens et des officines 

Sous le thème des responsabilités du pharmacien, une journée nationale sur les principes et les enjeux liés au code de déontologie adapté à la profession Pharmaceutique a été organisée, ce Dimanche matin à Ghardaïa, sous l’égide du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens (CNOP.

Des représentants de la section Ordinale régionale des Pharmaciens de Ghardaïa, des pharmaciens des Wilayas : De Ghardaïa, d’El-Menia, Laghouat, Ouargla, Touggourt, Tamanrasset, In-Salah, In-Guezzam, Illizi et Djanet se sont penchés sur la responsabilité juridique et éthique des officines envers le citoyen et l’Etat.

Selon les intervenants dans cette journée Scientifique, la responsabilité revient aux pharmaciens d’assumer les conséquences de leurs propres actes ou de ceux des personnes auxquelles elle doit rendre compte.
Sur le plan civil, elle peut impliquer un devoir de réparation des préjudices causés au tiers par son fait ou par le fait de ceux qui dépendent de son autorité et la réparation des dommages causés à une chose. Sur le plan disciplinaire ou pénal, un pharmacien jugé responsable pourra éventuellement supporter une sanction d’interdiction d’exercice. Le code pénal peut aussi prévoir des peines d’amendes.

Ainsi, tout pharmacien, inscrit au tableau de l’ordre, sera donc susceptible dans son exercice professionnel d’engager sa responsabilité Ci-après : a)  Civil (réparation d’un dommage causé à une personne ou à une chose), b) Disciplinaire (manquements aux règles déontologiques et aux devoirs professionnels, non-respect des règles législatives et réglementaires du code de la sécurité sociale ou de la santé publique), c) Pénal (sanction en cas de non-respect de la loi ou d’une norme de sécurité).

Cependant, comme tout citoyen, le pharmacien est donc considéré comme un professionnel de santé dont les activités sont régies spécifiquement par le code de la santé publique. Il doit assumer la responsabilité civile (la réparation des dommages causés à autrui, ainsi que la responsabilité liée à la conclusion d’un contrat de vente). Sa responsabilité personnelle de ses propres actes. Les principes fondamentaux de sa mise en œuvre sont exposés dans le code civil en vigueur, qui impose un devoir général de prudence, en dehors de la conclusion d’un contrat de vente, selon les termes suivants : « Tout fait quelconque de l’homme qui cause à autrui un dommage, oblige celui par la faute duquel il est arrivé à le réparer ».

En conséquence, une victime pourra obtenir des dommages et intérêts, si elle prouve la faute du professionnel de santé, son préjudice et le lien de causalité entre son dommage et la faute. Toutefois si la victime reproche au professionnel, un défaut d’information sur les risques des traitements, il reviendra alors au pharmacien de prouver qu’il a correctement informé son patient, c’est-à-dire de manière claire, loyale et appropriée. La méthode de travail du pharmacien est celle qui assure la continuité et la sécurité du « geste professionnel ». Elle permet également de faire preuve d’une disponibilité attentive et compréhensive à l’égard des patients. La confiance, tellement nécessaire, se mérite, selon les participants. 

                                                                                   

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email