-- -- -- / -- -- --
Nationale

Journée mouvementée à Béjaïa : Les appels au calme se multiplient

Journée mouvementée à Béjaïa : Les appels au calme se multiplient

Sur fond de conflits sociaux, la question du pouvoir d’achat reflète un mécontentement réel. Et revoilà la question du pouvoir d’achat sur le devant de la scène : dans les commerces de détail ou les grandes enseignes, la valse des étiquettes sur les produits alimentaires se poursuit.

Le 1er janvier 2017aen effetmarqué le premier jour de la hausse des prix des produits de large consommation.

Pour rassurer les citoyens et dissuader les commerçants « véreux », le gouvernement aurait dû dépêcher les agents du contrôle des prix du ministère des Finances et du Commerce sur le terrain pour vérifier le respect de la réglementation auprès des détaillants à travers une opération de contrôle.

Le travail de contrôle devrait même se poursuivre pendant encore plusieurs jours. Une opération qui a le mérite de dissuader les vendeurs de faire de la spéculation.
Car, ceux qui se mettraient en porte-à-faux subiraient la rigueur de la loi. Et les sanctions seraient graduelles en fonction de l’infraction commise.

La situation actuelle de forte inflation a des effets dévastateurs sur les populations et sur l’économie. Le premier effet est la baisse du pouvoir d’achat, pouvant aller jusqu’à l’exclusion de certains ménages.

Les principales causes de ces hausses pour les produits importés doivent être recherchées au niveau de la non maîtrise des circuits d’importation (caractérisée par une forte concentration des importations entre les mains de quelques importateurs) et de commercialisation, l’indiscipline des intervenants de la chaîne de distribution, à savoir importateurs, transporteurs, grossistes, commerçants et détaillants. Il y a également les pratiques spéculatives. Tout ceci réduit l’offre des produits tout en accroissant les coûts de transaction, conduisant à une hausse des prix.

On parle d’une intensification des opérations de recensement et de relevé des prix par les services du ministère du Commerce, en vue d’une meilleure lisibilité sur les prix des produits de grande consommation tels que la semoule, le lait, l’huile et le sucre. Mais les résultats concrets ne sont pas perceptibles.

l y a lieu de relever l’incompréhensible immobilisme des syndicats et des associations de défense des consommateurs devant l’explosion des prix actuelle. La dégradation rapide des conditions de vie devrait interpeller ces organisations. Le ministre de l’Intérieur Nourreddine Bedoui, a accusé des « parties ennemies » à l’intérieur du pays d’être derrière les violences de lundi dans la ville de Bejaïa.

Dans une déclaration à la presse faite hier à Guelma, Bedoui a affirmé que ces violences « n’ont pas été spontanées et qu’elles ont été provoquées ». Il a qualifié ces événements « d’inacceptables », ajoutant que « s’affirmer par le recours à la violence et la fermeture des commerces est un acte d’incivisme ».

« L’Etat algérien puise sa force aussi dans la maturité de ses citoyens et leur compréhension de la nécessaire préservation des acquis », a-t-il ajouté. Enfin il a soutenu que l’Etat a bien consacré cette année encore l’équivalent de 10 milliards de dollars pour soutenir le pouvoir d’achat des Algériens.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email