Journée de sensibilisation universitaire sur la drogue : Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Journée de sensibilisation universitaire sur la drogue : Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme

Journée de sensibilisation universitaire sur la drogue : Les spécialistes tirent la sonnette d’alarme

Le Dr Yacine Boukermouh, médecin spécialiste des maladies psychiatriques à l’hôpital Frantz-Fanon  de Blida, a expliqué que 30 % des toxicomanes sont des enfants âgés de 10 à 15 ans, selon une étude scientifique qu’il a menée , avertissant du danger de ce phénomène qui  s’aggrave en milieu scolaire chez les enfants et a appelé, dans son intervention lors de la journée de sensibilisation sur la drogue organisée par l’université de Blida 1, l’école et la famille à jouer un rôle préventif dans la protection des enfants de ce phénomène.

Le même intervenant a expliqué que le nombre de toxicomanes en Algérie est estimé à environ 500 000 personnes, dont la plupart sont des jeunes, surtout des adolescents, qui représentent un groupe important. Le conférencier a souligné la nécessité de mettre en place un programme de prévention pour limiter et réduire le taux de ce phénomène, rappelant que l’Algérie était dans les années 1980 une zone de transit avant de se transformer, aujourd’hui, en une zone de consommation. Le phénomène, selon lui, s’est aggravé dans toutes les wilayas du pays. 

Dans le même contexte, le sociologue Noureddine Bakhis, a appelé à activer le rôle des observateurs et des agents de sécurité pour limiter ce phénomène. Il a lié la propagation du phénomène chez les jeunes à divers facteurs, dont le malaise du passé et diverses pressions, en plus de la propagation de la violence verbale et symbolique au sein de la famille, ainsi que l’ennui du présent et de l’appréhension de l’avenir, appelant à la nécessité de créer un système éthique, éducatif et social réussi dans la société. 

Le sociologue a ajouté que l’existence d’un environnement social peu aidant a favorisé la propagation de la toxicomanie, expliquant que les jeunes consomment de la drogue pour échapper à la réalité de leur quotidien. Il a parlé d’autres formes de dépendance qui échappent à la réalité, qui ne sont pas moins dangereuses que les drogues, y compris el-harga et la dépendance à Internet.

Dans le même contexte, le Dr Fatiha Benmouafak, professeur de psychologie à l’université de Blida 2, a parlé de la fragilité psychologique de l’homme et des préparatifs qui le font aller vers l’addiction, notamment chez les enfants, à la toxicomanie alors que d’autres réussissent dans leur vie. Elle a lié la consommation de drogues aux caractéristiques psychologiques qui distinguent les personnes, et a appelé à la nécessité de prendre en compte ces caractéristiques chez les enfants pour les protéger de la délinquance et de la toxicomanie, en particulier les enfants qui souffrent de troubles du comportement.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email