-- -- -- / -- -- --
Nationale

Journée de l’enfant et de la femme : 10 000 cas de violences contre les femmes et les enfants en 2019

Journée de l’enfant et de la femme : 10 000 cas de violences contre les femmes et les enfants en 2019

Bien qu’en baisse sensible par rapport à 2018, la violence, sous toutes ses formes, contre les femmes et enfants, a été fortement recensée par les différentes brigades relevant de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Sur les premiers mois de l’année en cours, sept enfants ont été tués volontairement.

Rien que pour les neuf premiers mois de cette année, la violence a causé de graves blessures physiques et morales à 5 620 femmes, tandis que chez la frange fragile de la société, les enfants en l’occurrence, 4 597 cas (2 798 garçons et 1 799 filles) ont été enregistrés et traités par les services de police. Ce constat a été dévoilé hier par de hauts cadres de la DGSN ainsi que par le président du Forem, le professeur Mustapha Khiati, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des accords des droits de l’enfant et de la Journée mondiale de la lutte contre la violence contre les femmes. Dans une conférence de presse, tenue hier au siège de l’Ecole supérieure de police de Château-Neuf (Ali-Tounsi), l’occasion était double. Ce fut d’abord une occasion pour les représentants de la Sûreté nationale d’accentuer leurs campagnes de sensibilisation envers les femmes et les enfants, mais aussi une brèche pour livrer les dernières statistiques sur ces deux phénomènes de société qui ne cessent de causer de nouvelles victimes.

Pour le Pr Khiati, président du Forem, la célébration de ces deux journées est une opportunité pour réitérer les appels contre la non-violence contre ces deux catégories de la société. « Il est capital de rappeler que l’Algérie est l’un des premiers pays au monde à avoir adhéré aux Accords internationaux pour défendre les droits de la femme », a rappelé le président du Forem, hier à Alger. Sur le plan de la lutte contre ces deux phénomènes, le professeur Khiati à encensé le rôle capital que jouent les services de sécurité, à l’image de la DGSN, dans la lutte contre ces deux phénomènes et leur traitement. « Avec sa flotte qui compte 50 brigades de protection des enfants, la DGSN a fourni beaucoup d’efforts dans le cadre de sa mission de protéger les femmes et enfants de la violence sous toutes ses formes », a indiqué le président du Forem. Pour sa part, la commissaire de police et représentante de la DGSN, Wahiba Hmaili, a évoqué les véritables causes qui provoquent souvent la violence contre les femmes et contre les enfants, entre autres la violence physique, les coups et blessures volontaires (CBV), le harcèlement sexuel et les mauvais traitements.

En plus du nombre des cas recensés au cours des neuf premiers mois de l’année en cours, qui est en baisse de 2 000 cas par rapport à l’année précédente, la commissaire de police, Wahiba Hmaili a indiqué qu’une femme est décédée suite aux coups et blessures infligés par son conjoint alors qu’une autre a été tuée avec préméditation. Concernant les enfants, la représentante de la DGSN a expliqué que, 2 499 affaires ont été traitées à travers le territoire national. Cinq cas ont été victimes de coups et blessures volontaires et, malheureusement, sept enfants ont été volontairement tués durant les neuf mois passés. Concernant toujours les cas de violence portés contre les enfants, la commissaire de police a signalé que les services de police ont enregistré, durant la même période considérée, 461 cas d’enfants maltraités. Avant de conclure, la commissaire a rendu un vibrant hommage aux différentes brigades de police qui fournissent d’immenses efforts pour protéger les enfants et contrer la violence contre les femmes.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email