-- -- -- / -- -- --
Nationale

Jacques Chirac est mort

Jacques Chirac est mort

C’est ce dimanche que le président Jacques Chirac sera accompagné à sa dernière demeure, au cimetière Saint Sulpice à Paris. Auparavant, il recevra les hommages des chefs d’Etat. Sa présidence sera marquée par un net réchauffement des relations franco-algériennes, même si, en 1986 et sous la présidence des socialistes, il avait établi le visa pour tous les ressortissants du monde, dont l’Algérie, à l’exception des états de la CEE, la Suisse ou Monaco notamment.

Les dernières années du président Chirac ont été douloureuses. Physiquement, il a été considérablement amoindri par l’âge et la maladie. Mentalement, il a été très éprouvé par la perte, en 2016, de sa fille Laurence. Sa dernière apparition en public a été en 2013 où il a assisté à l’ouverture du musée à Paris, quai Branly, portant son nom, une institution fondée pour honorer le dialogue des Nations. Ici sont réunis les vestiges ancestraux du patrimoine culturel et civilisationnel des pays des cinq continents. C’était une idée chère au président Chirac de placer côte à côte les éléments de l’histoire féérique du génie des peuples, qui tous, quel que soit leur statut dans l’échelle mondiale, brillent par leur esprit de créativité. Ouverture à l’autre et contribution à l’enrichissement et à l’affermissement de la pensée universelle, constituent une des lignes de conduite de l’action du président Chirac. Il a appliqué les valeurs de ce principe, particulièrement en faveur des pays du continent africain. Il entretenait des liens chaleureux et amicaux avec tous ces pays. Cette politique éclairée s’était élargie aux pays arabes pour qui il avait du respect et de la considération. N’était-il pas le représentant du seul pays occidental et même du monde, à s’opposer fermement et ouvertement en 2003 à la guerre contre l’Irak ? Il a pris le risque de s’attirer les foudres des Etats Unis d’Amérique, un pays allié où de jeunes Américains sont venus mourir sur la côte normande pour la libération de la France au cours de la

Seconde Guerre mondiale. Dans la même lignée, Jacques Chirac a défendu le peuple palestinien, s’opposant à la politique hégémonique d’Israël et prônant avec insistance la création d’un Etat palestinien.

Une longue histoire le lie à l’Algérie. Celle-ci commencé alors qu’il était encore un jeune homme. Dans le cadre du service militaire, il est venu en Algérie pendant la guerre de Libération nationale. Il a constaté sur place la ferme détermination du peuple algérien à vouloir se débarrasser du joug colonial. Il n’était pas contre cette volonté car, bien qu’étant de droite, il avait épousé les idées des libéraux français, de Michel Rocard en particulier, jugeant inutile cette guerre d’Algérie et de l’aptitude légitime des peuples asservis à accéder à l’indépendance.

De retour en France, Jacques Chirac a mené depuis une carrière éclatante d’homme politique. Il a travaillé avec le général de Gaulle, puis avec tous les présidents français lui ayant succédé, Georges Pompidou, Valérie Giscard d’Estain, François Mitterrand. On se souvient que sous la fonction de Premier ministre du gouvernement de ce dernier, il a fait une visite éclair en Algérie pour annoncer l’Instauration du visa pour les Algériens. Il était visiblement gêné d’être chargé d’une telle mission. Car il croyait à la solide amitié avec Alger. Il a insisté sur le fait que ce visa était qu’une simple formalité et délivré sur le champ sans conditions. Effectivement, pendant un temps, il suffisait de remplir un seul formulaire, sans pièces justificatives et la liberté de circulation entre les deux pays était assurée. Malheureusement, cette liberté de circulation a été de plus en plus réduite depuis, avec l’instauration aujourd’hui d’un visa aux formalités d’obtention très sévères.

Le message de Chirac aux jeunes Algériens

Allègement de ce visa, c’est ce que demandaient des jeunes au cours de la visite du président Chirac en 2001 après les inondations meurtrières de Bab El Oued. Jacques Chirac est venu en signe de solidarité avec la population de ce quartier. Il a été accueilli en héros et tellement acclamé qu’il en a été profondément ému. Il a été admiratif devant cette jeunesse, son dynamisme et son enthousiasme. Pour lui, le visa n’est pas un gage de

projet d’avenir. Le futur de cette Algérie est dans sa jeunesse. Celle-ci doit mettre toute son énergie pour le développement du pays. L’Algérie est un vaste chantier qui a besoin des bras et du génie de sa jeunesse pour le construire. Il y a tant à faire dans ce pays pour le rendre prospère, et il fait bon y vivre. C’est donc dans cette voie noble et sage que Jacques Chirac s’est rangé devant une jeunesse dont le premier objectif est de servir son pays avant tout, comme il l’a fait lui- même pour le sien. C’est un message fraternel qu’il a voulu lancer à cette jeunesse algérienne.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email