-- -- -- / -- -- --
Nationale

Issad Rebrab rentre chez lui

Issad Rebrab rentre chez lui

L’homme d’affaires Issad Rebrab a été condamné, dans la nuit de mardi à mercredi, à 18 mois de prison dont 6 fermes et à une amende de 1,3 milliard de dinars, après des heures de débats. Placé sous mandat de dépôt le 23 avril dernier, il a ainsi purgé sa peine et quitté hier la prison d’El-Harrach où il était incarcéré.
Le procès du patron du groupe Cevital, qui a été reconnu avant-hier coupable du chef d’inculpation retenu contre lui au cours de l’instruction judiciaire, entre autres surfacturation lors d’une opération d’importation de machines, a été marqué par les demandes des avocats de la défense.
Ces derniers ont tout d’abord demandé à ce que la juge entende le témoignage de Serdar Calijka, l’ingénieur de la filiale autrichienne de « Woojin » ayant supervisé la conception des machines prototypes destinées au projet EvCon.
Sans hésitation, la juge a accepté d’entendre le témoignage de Serdar Clijka ; avec la présence d’un traducteur vu qu’il ne s’exprime qu’en langue anglaise.
Le procès a été également marqué par l’absence de deux témoins clés dans cette affaire. Il s’agit de l’agent judiciaire du Trésor public et du représentant des Douanes algériennes, qui constituent la partie civile dans ce dossier. Ces derniers ont été néanmoins représentés par leurs avocats dans le cadre de l’audience qui s’est tenue mardi dernier.
Issad Rebrab a nié en bloc toutes les accusations portées contre lui. « Nous gagnons des dizaines de millions d’euros et de dollars chaque année. Cevital a réussi sans que nous n’ayons eu recours à des pratiques illégales. Notre réussite est parfaitement légale », a-t-il clamé.
La présidente a relancé Rebrab, en lui demandant de se justifier quant à la demande soumise à l’Agence nationale de développement de l’investissement (ANDI) au nom de la filiale EvCon ; alors que cette même demande a été rejetée lorsqu’il l’avait formulée au nom du groupe industriel. Rebrab a nié une fois encore l’accusation, affirmant être simplement le président du conseil d’administration de Cevital. Il a assuré par ailleurs que toute cette affaire est « une machination » contre sa personne. Il a déclaré à la présidente du tribunal correctionnel de Sidi M’Hamed avoir respecté toutes les procédures, notamment douanières, relatives à l’importation de matériels. 
Le procureur de la République a requis une peine de dix-huit mois de prison dont six mois fermes à l’encontre du mis en cause, estimant que les accusations portées contre lui sont fondées, entre autre surfacturation lors d’une opération d’importation.
La surfacturation des équipements de purification d’eau importés par Evcon, filiale du groupe Cevital, s’est élevée à plus de 792 millions de DA, alors que la valeur réelle de ces équipements est de 98 millions de dinars.
A noter que la chambre d’accusation de la cour d’Alger a rejeté tout dernièrement la demande de liberté provisoire sollicitée par ses avocats.
L’homme d’affaires Issad Rebrab a quitté sa cellule après avoir passé 8 mois à la prison d’El Harrach.
Une question reste tout de même posée. Le procureur va-t-il introduire un appel quant à la peine prononcée ? les jours à venir nous le diront. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email