-- -- -- / -- -- --
Culture

Interview avec Héctor Sanzana, membre du jury du festival

Interview avec Héctor Sanzana, membre du jury du festival

La clôture du Festival culturel international de danse contemporaine s’est déroulée hier soir au théâtre national Mahieddine-Bachtarzi à Alger, où tous les membres organisateurs et visiteurs se sont retrouvés, pour une dernière fois, devant un spectacle aussi éblouissant qu’au premier jour. Héctor Sanzana, directeur artistique du ballet de Teresa Carrera, spécialiste dans les spectacles théâtraux, nous a fait part de son expérience. Pour lui La danse c’est la représentation de la culture et de la nécessité de chaque peuple.

Que pensez-vous de ce festival culturel international de danse contemporaine

Je suis très surpris par le nombre de pays invités ainsi que par la très bonne organisation ; j’ai beaucoup apprécié l’attention et la gentillesse de Mme Kadouri, directrice de cet événement ainsi que toute son équipe. Ce festival doit être connu aussi en Amérique Latine, cela va être ma tâche et ma mission.

Qu’est-ce qui manque à ce festival pour qu’il soit aussi connu que d’autres ?

Je pense que c’est dû au manque de médiatisation et de communication ; nous, entant qu’ambassadeurs culturels, on peut faire connaître dans nos pays respectifs ce qui ce passe ailleurs ; je pense que les ambassades de l’Algérie dans les autres pays devraient faire plus de promotion.

Quelles étaient vos attentes en tant que jury de ce 6e festival ?

Généralement tous les festivals internationaux de danse ont un niveau élevé de qualité artistique, donc je suis venu avec cette idée ; je l’ai trouvé ici.

Que pensez-vous de la prestation des compagnies et artistes algériens qui se sont produits sur scène ?

En tant qu’artiste, je ressens qu’ils ont beaucoup de force comme danseurs ; ils sont très émotifs ; je pense qu’il leur manque de faire des échanges de chorégraphes entre pays, pour qu’ils aient d’autre matériaux sur lesquels travailler ainsi que le partage de langages chorégraphiques. Ce que j’ai observé c’est que ce langage était presque le même chez les groupes. Bien sûr au niveau technique, chaque groupe avait sa propre couleur, mais au niveau des chorégraphies ils sont tres similaires, mais ça pourrai se résoudre très facilement en faisant venir des chorégraphes étrangers pour leur apporter de nouvelles méthodes et de nouvelles couleurs

Quel conseil vous donneriez à la jeune génération qui rêve de faire carrière dans la danse ?

Premièrement de se rapprocher des institutions culturelles et pour ce faire ce genre de festival peut leur donner cette chance.

Quel souvenir vous garderiez de l’Algérie ?

La qualité et la gentillesse des gens, des personnes très chaleureuses et très respectueuses, et naturellement la ville qui est très belle. C’est la première fois que je viens dans cette partie du monde, je vais repartir avec une très belle impression et avec beaucoup d’envie de parler de l’Algérie et de faire la promotion de l’Algérie.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email