-- -- -- / -- -- --
Nationale

Internet : Le débit minimal sera porté à 8 Mb/s

Internet : Le débit minimal sera porté à 8 Mb/s

Le ministère de la Poste et des Télécommunications s’est assigné l’objectif, à court terme, de booster la vitesse minimale de débit internet, le portant de 4 à 8 Mb/s (Méga bit/seconde).

C’est ce qu’a affirmé  mardi le ministre de la Poste et des Télécommunication, Brahim Boumzar, précisant qu’une telle amélioration permettra aux internautes de suivre, avec une meilleure qualité, des vidéos ainsi que d’autres contenus à valeur ajoutée. Le ministre a indiqué que la vitesse minimale actuelle du débit internet en Algérie est de 2Mb/s depuis 2018. Un débit très lent et en-deçà des attentes des usagers du service internet, apprend-on de l’APS.

Ce débit reste «insuffisant» et son amélioration est devenue, estime le premier responsable du secteur, une nécessité apparente pour l’adapter à la consommation accrue de la bande desservant le pays et répondre ainsi aux exigences des internautes. Le ministre, qui s’est dit «compréhensif» quant à l’insatisfaction des abonnés au service internet, due à la lenteur du débit, affirme que «tous les moyens ont été mobilisés en vue d’offrir un service de meilleure qualité».

Le département de Boumzar envisage également de supprimer définitivement le système de la technologie TDM (Multiplexage temporel), qui sera progressivement remplacé, selon les précisions du ministre, par la fibre optique (FTTx).Cette technologie est censée amener la fibre optique au plus près de l’usager et augmenter ainsi la qualité du débit.

Evoquant la mise en service effective, depuis le 31 décembre dernier, du système relatif au câble sous-marin de la fibre optique (ALVAL-ORVAL), le ministre a relevé que ce câble permet de lier le réseau national des télécommunications à partir d’Alger et d’Oran à celui de l’Europe via Valence (Espagne). La mise en exploitation de ce nouveau câble, a-t-dit, dotera l’Algérie d’une capacité allant jusqu’à 40 Térabits, ce qui équivaut à 20 fois les besoins actuels du pays.

Concernant le retard accusé dans l’installation de ce nouveau système, le ministre a mentionné nombre de contraintes d’ordre juridique, financier, administratif et technique. Il a aussi noté que «le choix du système a été réussi», ayant débuté avec une capacité de 300 Gigabits/s par paire de fibre optique, sachant que le système comprend quatre paires reliant les trois stations.

Cette capacité, poursuit le ministre, est appelé à être augmentée au fur et à mesure. A en croire les déclarations de M. Boumzar, le réseau national va être davantage consolidé après la finalisation de quatre raccordements en cours de réalisation, en sus d’autres câbles sous-marins destinés à sécuriser le réseau internet.

Ayant coûté environ 27 milliards de dollars, ALVAL/ORVAL est ainsi le premier système sous-marin géré à 100% par l’Algérie, notamment après la création, en 2016, d’Algérie Télécom Europe en Espagne, censée représenter l’Algérie sur l’autre rive de la Méditerranée pour la mise en service et l’exploitation dudit système.

Pour rappel, ALVAL/ORVAL, dont la longueur dépasse 770 km de fibre optique, va désormais venir en appoint au deux liaisons déjà existantes passant par Annaba, dont Medex, d’une capacité de 2 Téras, et le câble «Alpa2» reliant Alger et Palma (Espagne), avec un débit de 85 Gigas

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email