Intelligence artificielle contre intelligence humaine – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Digital Space

Intelligence artificielle contre intelligence humaine

Intelligence artificielle contre intelligence humaine

L’intelligence artificielle consiste à utiliser des ordinateurs pour comprendre l’intelligence humaine. En associant des logiciels à des composants physiques (ou « hardware ») qui peuvent être des capteurs et des interfaces pour l’utilisateur, une telle exploitation imite les fonctions de résolution de problèmes et de prise de décision du cerveau humain. L’intelligence artificielle a donc pour but la création de machines capables d’effectuer des tâches permettant de s’adapter intelligemment aux situations tout en faisant des prédictions à partir de données déjà acquises.

L’intelligence artificielle a été fondée en tant que discipline académique en 1956. Et c’était en 1950 dejà que le mathématicien, Alan Mathison Turing, (appelé souvent le « père » de l’informatique) écrivait que « les machines peuvent-elles penser ? » En réalité, cette simple interrogation allait bouleverser le monde. En ces temps actuels, le Machine Learning (apprentissage automatique) et le Deep Learning (apprentissage profond) sont deux techniques utilisées dans les entreprises de toutes les industries.

Qu’est-ce que l’intelligence artificielle ?

L’intelligence artificielle a pour objectif de répliquer ou de simuler l’intelligence humaine dans les machines. Elle permet d’analyser des textes, de modéliser des connaissances pour aider à la prise de décisions, de produire des connaissances grâce au « machine learning » ou apprentissage automatique, d’analyser des images ou des scènes en temps réel, de réaliser des actions…

La description de « machines intelligentes » ne permet pas d’expliquer ce qu’est réellement l’intelligence artificielle ou ce qui rend une machine intelligente. Quatre approches distinctes ont défini le domaine de l’intelligence artificielle : la pensée humaine, la pensée rationnelle, l’action humaine et l’action rationnelle.
Les deux premières approches sont liées au raisonnement et au traitement des pensées, tandis que les deux autres ont trait au comportement.

Une autre définition moderne décrit l’IA comme « des machines qui réagissent à des simulations à la manière des humains, avec une capacité pour la contemplation, le jugement et l’intention ». Ces systèmes sont capables de « prendre des décisions nécessitant normalement un niveau humain d’expertise ». Ils ont trois qualités, constituant l’essence de l’intelligence artificielle : l’intentionnalité, l’intelligence et l’adaptabilité.
Ces différentes définitions peuvent sembler abstraites et complexes. Elles permettent toutefois d’établir l’intelligence artificielle comme une science informatique.

Machine Learning et Deep Learning

Le Machine Learning (apprentissage automatique) et le Deep Learning (apprentissage profond) sont les deux principales techniques d’intelligence artificielle utilisées à l’heure actuelle. La distinction entre IA, ML et DL peut prêter à confusion.
En réalité, l’intelligence artificielle peut être définie comme un ensemble d’algorithmes et de techniques visant à imiter l’intelligence humaine. Le Machine Learning est une catégorie d’IA ; et le Deep learning est une technique de Machine Learning.

Le Machine Learning consiste à nourrir un ordinateur de données. La machine utilise des techniques d’analyse sur ces données pour « apprendre » à effectuer une tâche.
Pour y parvenir, elle n’a pas besoin d’être spécifiquement programmée à l’aide de millions de lignes de code. C’est la raison pour laquelle on parle d’un apprentissage « automatique ».
Le Machine Learning peut être « supervisé » ou « non-supervisé ». L’apprentissage supervisé repose sur des ensembles de données étiquetés, tandis que l’apprentissage non-supervisé s’effectue à l’aide d’ensembles de données non étiquetés.

Le Deep Learning est un type de Machine Learning s’inspirant directement de l’architecture des neurones du cerveau humain. Un réseau de neurones artificiel est composé de multiples couches, à travers lesquelles les données sont traitées. C’est ce qui permet à la machine « d’approfondir » son apprentissage en identifiant des connexions et en altérant les données ingérées pour atteindre les meilleurs résultats.

Applications et cas d’usage de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle a plusieurs buts, parmi lesquels l’apprentissage, le raisonnement et la perception. Elle est utilisée dans toutes les industries, à tel point que les applications sont infinies et impossibles à énumérer de façon exhaustive.

Dans le domaine de la santé, elle est utilisée pour développer des traitements personnalisés, découvrir de nouveaux médicaments, ou encore pour analyser les imageries médicales tels que les rayons X et les IRM. Des assistants virtuels peuvent aussi venir en aide aux patients et leur rappeler de prendre leurs pilules ou de faire du sport pour rester en forme.

Le secteur du commerce de détail utilise l’IA pour proposer des recommandations et des publicités personnalisées aux clients. Elle permet aussi d’optimiser la disposition des produits ou de mieux gérer les inventaires.
Dans les usines, l’intelligence artificielle analyse les données des équipements IoT pour prédire la charge et la demande grâce au Deep Learning. Elle permet aussi d’anticiper un éventuel dysfonctionnement pour intervenir de manière précoce.

Les banques, quant à elles, exploitent l’IA à des fins de prévention et de détection de fraude. La technologie permet aussi de vérifier si un client pourra payer le crédit qu’il demande, et d’automatiser les tâches de gestion de données.
Il ne s’agit que de quelques exemples d’industries utilisant l’intelligence artificielle. Cette technologie révolutionnaire sera amenée à bouleverser tous les secteurs d’activité dans les années à venir…

Les dangers de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA) et l’intelligence humaine abordent des fonctions cognitives telles que la mémoire, la résolution de problèmes, l’apprentissage, la planification, la langue, le raisonnement et la perception.
L’intelligence humaine est généralement mesurée à l’aide de tests de QI qui couvrent généralement la mémoire de travail, la compréhension verbale, la vitesse de traitement et le raisonnement perceptuel. Par rapport à l’intelligence humaine, l’IA peut traiter des informations plus rapidement en utilisant moins d’énergie, et elle est plus objective et précise que l’intelligence humaine.
L’intelligence humaine est meilleure que l’IA pour le multitâche, l’adaptation, les interactions sociales et la conscience de soi. La fonction générale de l’intelligence artificielle est l’optimisation tandis que celle de l’intelligence humaine est l’innovation.

L’intelligence artificielle va continuer à se développer à vive allure au fil des prochaines années. Il incombe à l’humanité de choisir quelle direction prendra ce développement. Elle va transformer tous les secteurs, encore faut-il avoir conscience de ses limites. Elle offre, certes, de nombreuses promesses pour l’humanité, mais elle pourrait aussi représenter une menace plus dangereuse que la bombe nucléaire.

De par sa capacité à apprendre et à évoluer de manière autonome, l’IA pourrait un jour surpasser l’intelligence humaine. Elle pourrait alors décider de se retourner contre ses créateurs. Ce sombre présage peut sembler tiré tout droit d’un film de science-fiction, mais il s’agit pourtant d’une possibilité bien réelle. D’éminents experts ont déjà tiré la sonnette d’alarme concernant l’intelligence artificielle, à la manière de Stephen Hawking, Elon Musk ou encore Bill Gates.

Selon eux, l’IA représente un risque imminent et inévitable pour les années à venir. C’est la raison pour laquelle ils appellent les gouvernements à règlementer ce domaine afin qu’il se développe de façon éthique et sécurisée. Plus d’une centaine d’experts ont aussi appelé les Nations Unies à bannir les « robots tueurs » et autres armes militaires autonomes.

Toutefois, d’autres spécialistes estiment que le futur de l’intelligence artificielle dépend uniquement de la façon dont les humains choisissent de l’utiliser. Même une IA en apparence inoffensive pourrait être détournée et usée de façon malveillante. On peut déjà le constater avec l’essor des « DeepFakes » : de fausses vidéos créées grâce au Deep Learning pour mettre en scène une personne dans une situation compromettante.

Que deviendrait l’Homme si l’intelligence artificielle avait conscience de sa supériorité sur l’espèce humaine ? Cette question légitime la définition de limites éthiques et légales. C’est pourquoi l’encadrement législatif autour de l’intelligence artificielle est au cœur de nombreux débats, et ce, afin de définir les responsabilités légales du comportement des intelligences artificielles.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email