-- -- -- / -- -- --
Culture

Institutionnalisation annoncée à la 6e édition

Institutionnalisation annoncée à la 6e édition

L’ouverture de la sixième édition du Festival culturel international du samaâ soufi, dans la soirée de ce lundi 07 novembre, à la Maison de la culture Houari-Boumediene de Sétif, sera marquée par l’annonce solennelle de l’institutionnalisation de cette manifestation.

Le ministre de la Culture Azzedine Mihoubi a lui-même annoncé à Sétif l’institutionnalisation du Festival culturel international du samaâ soufi dont le maintien est motivé par son « importance, son succès et sa capacité à drainer le public » mettant en évidence l’apport du volet académique dans la chanson soufie, dévoilé au cours de ce festival, rapporte l’Agence presse service d’Algérie.

Le ministre du secteur culturel a non seulement valorisé le succès des précédentes éditions de ce festival, mais il a également estimé que le samaâ soufi est une pratique dévotionnelle chez les musulmans comme chez d’autres communautés tout en affirmant que ce genre musical où les louanges au divin se mêlent à l’un des plus anciens rituels physiques du soufisme est en mesure de « briser toute tendance à la violence et à l’extrémisme ».

Six jours durant, cette présente édition sera animée par des troupes de neuf pays : Turquie, Egypte, Liban, Maroc, Tunisie, Sénégal, Iran, Espagne, Allemagne et celles (même nombre) du Sud d’Algérie : Adrar, Ouargla, Ghardaïa, Biskra, selon commissaire de ce festival, Idriss Boudiba.

Ce dernier a également expliqué que la priorité dans cette manifestation sera accordée à la présentation de nouvelles troupes, à l’organisation des activités pédagogiques et artistiques complémentaires. Il s’agit notamment d’une exposition des arts islamiques, d’un atelier de formation sur l’interprétation de ce genre musical, d’un cycle de conférences qui inhérentes aux savants spécialisés en matière de soufisme dans la région du Maghreb.

Quant à l’ouverture de cette sixième édition, elle sera honorée par le mounchid Sofiane Betache qui, accompagné de la troupe du défunt mounchid Toufik Bouras, a interprété une série de qaçidas consacrées à l’amour de dieu et de son prophète, et à la beauté de l’âme.

Cette représentation sera suivie par celle de la troupe turque des Derviches tourneurs qui, vêtus de robes blanches et coiffés de longs tarbouches, ont exposé leur ballet sur fond de musique invoquant dieu. Puis, l’interprète Mahmoud Touhami d’Egypte et sa troupe offrira à l’assistance un bouquet de chants spirituels.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email