Monde du travail : La chasse aux tricheurs – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Nationale

Monde du travail : La chasse aux tricheurs

Monde du travail : La chasse aux tricheurs
Le ministre du Travail, Fayçal Bentaleb.

Durant le premier trimestre de 2024, plus de 11 200 infractions ont été enregistrées par les éléments de l’inspection du travail pour violation des conditions de travail. C’est ce qu’a révélé, ce dimanche, le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Sécurité sociale, Fayçal Bentaleb.

Les violations les plus fréquentes sont le non-paiement des salaires ou des cotisations sociales, le non-respect des durées légales de travail et l’absence de protection adéquate contre les risques professionnels.

Dans une allocution prononcée à l’occasion de la Journée mondiale de la sécurité et de la santé au travail, célébrée le 28 avril de chaque année, le ministre a fait savoir que 241 625 visites d’inspection sur les lieux de travail ont été effectuées en 2023. « Elles ont conduit à l’établissement de 38 725 procès-verbaux d’infractions », a-t-il révélé.

En 2023 et au cours du premier trimestre de 2024, les inspecteurs du travail ont effectué pas moins de 241 000 visites de contrôle et d’inspection dans divers ateliers et chantiers de travail à travers le pays. Cette mobilisation sans précédent a permis de mettre en lumière plus de 49 000 infractions constatées liées au non-respect des conditions de travail, couvrant plus de 4 millions de travailleurs. Cette démarche a permis d’identifier et de corriger les manquements à la réglementation en matière de sécurité, conduisant à la fermeture de 1 717 établissements non conformes.

  Les violations les plus fréquentes

Parmi les violations les plus fréquentes, on retrouve le non-paiement des salaires ou des cotisations sociales, le non-respect des durées légales de travail, l’absence de protection adéquate des travailleurs contre les risques professionnels, l’insuffisance des mesures de prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles. Face à l’ampleur des infractions constatées, des sanctions financières importantes ont été infligées aux employeurs indélicats, contribuant ainsi à dissuader les pratiques abusives et à inciter au respect des normes en vigueur.

Au-delà des sanctions, le ministre a mis l’accent sur la sensibilisation et la prévention. Il a également plaidé pour la consolidation de la sécurité et de la santé au travail, soulignant les efforts de l’Algérie pour la protection des travailleurs des dangers liés au travail. L’Algérie dispose en effet, d’un important dispositif législatif sur lequel s’appuie la politique nationale en matière de sécurité et de santé au travail et engage des projets pour conforter le cadre réglementaire et renforcer les mesures préventives mises en œuvre.

Une des dispositions de l’article 66 de la constitution stipule que « le droit à la protection, à la sécurité et à l’hygiène dans le travail, est garanti par la loi ».

Le ministre a ainsi déclaré que « cette journée est une occasion importante pour nous de sensibiliser l’ensemble des acteurs du monde du travail à l’importance de la prévention des accidents et des maladies professionnels ». Il a aussi souligné que « l’Algérie accorde une attention particulière à la santé et à la sécurité des travailleurs, en ligne avec les valeurs fondamentales défendues par l’Organisation internationale du Travail (OIT) ». Estimant que des efforts considérables ont été déployés dans ce domaine, notamment en matière de contrôle et d’inspection des établissements de travail, de développement de la santé professionnelle et de sensibilisation des travailleurs aux risques professionnels.

Soucieux du bien-être physique et mental de ses travailleurs, le département de Bentaleb a également renforcé son dispositif de prévention en signant 130 nouvelles conventions de travail avec l’Institut de médecine du travail. Ces partenariats ont permis d’organiser 12 990 visites médicales et de prendre en charge 4 316 travailleurs à travers 44 établissements spécialisés dans la prise en charge des risques professionnels. En outre, 4316 travailleurs ont été financés par l’Institut national des risques professionnels dans 44 établissements et 87 postes de travail ont également été étudiés afin de les améliorés.

Par ailleurs, le ministre a rappelé la mobilisation de l’Algérie pour lutter contre les effets des changements climatiques. « ce qui aura un impact positif sur la santé et la sécurité des travailleurs dans les secteurs exposés aux aléas climatiques » a-t-il souligné. Réaffirmant l’engagement de ses services à poursuivre les efforts pour améliorer la prévention des risques professionnels et garantir un environnement de travail sûr et sain pour tous les travailleurs, M. Bentaleb a également mis en exergue l’importance du renforcement de la coopération avec les organisations internationales et les partenaires sociaux dans ce domaine.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email