Inondations en Libye : Huit responsables poursuivies par la justice – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


MENASahel

Inondations en Libye : Huit responsables poursuivies par la justice

Inondations en Libye : Huit responsables poursuivies par la justice
Un désastre sans précédent causé par la négligence

Le procureur général en Libye a ordonné la mise en détention provisoire à l’encontre de huit personnes occupant ou ayant occupé des postes à responsabilité au sein du département des ressources hydrauliques ou celui de la gestion des barrages. C’est ce qu’a annoncé ce lundi 25 septembre le bureau du procureur général dans le cadre d’une enquête sur la rupture des deux barrages ayant entraîné les inondations meurtrières de Derna.

Les huit personnes, occupant ou ayant occupé des postes à responsabilité au sein du département des ressources hydrauliques ou celui de la gestion des barrages en Libye, sont soupçonnées entre autres de « mauvaise gestion » et de « négligence », a précisé le bureau du procureur dans un communiqué.

Le maire de Derna, Abdulmonem al-Ghaithi, démis de ses fonctions avec le reste du conseil municipal après le drame, fait également partie des personnes concernées par le placement en détention.

La tempête Daniel a frappé dans la nuit du 10 au 11 septembre l’est de la Libye – notamment Derna, une ville de 100 000 habitants bordant la Méditerranée –, entraînant la rupture de deux barrages en amont et provoquant une crue de l’ampleur d’un tsunami emportant tout sur son passage.

Selon le dernier bilan officiel provisoire, les inondations ont fait au moins 3 868 morts, alors que des milliers d’autres personnes sont toujours portées disparues. Les autorités libyennes travaillent notamment à recenser les victimes enterrées sans identification ainsi que les disparus, dont le nombre s’élève à plus de 10 000, selon les estimations des autorités et des organisations humanitaires internationales.

Le 18 septembre, des centaines d’habitants de Derna avaient manifesté pour réclamer des comptes aux autorités de l’est du pays, responsables selon eux de la catastrophe.

Le procureur général libyen Al-Seddik al-Sour avait annoncé le 15 septembre avoir ouvert une enquête sur les circonstances du drame. Selon lui, la direction des barrages en Libye avait signalé des fissures sur les deux ouvrages dès 1998, mais aucun travail n’avait été accompli pour y remédier.

L’enquête s’est notamment intéressée à un contrat conclu entre le département libyen des eaux et une compagnie turque pour l’entretien des deux barrages ainsi qu’au versement en 2014 à cette dernière de « sommes disproportionnées », et ce « bien qu’elle ait violé les engagements stipulés dans le contrat », selon le communiqué du procureur.

Dans une étude de novembre 2022, l’ingénieur et universitaire libyen Abdel-Wanis Ashour avait mis en garde contre une « catastrophe » menaçant Derna si les autorités ne procédaient pas à l’entretien des deux barrages. Mais cet avertissement est resté sans effet, bien que la Libye, qui dispose des réserves pétrolières les plus abondantes d’Afrique, ne manque pas de moyens.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email