Industrie ferroviaire : L’Algérie et la Chine vont se lancer dans la fabrication de wagons – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --
Nationale

Industrie ferroviaire : L’Algérie et la Chine vont se lancer dans la fabrication de wagons

Industrie ferroviaire : L’Algérie et la Chine vont se lancer dans la fabrication de wagons

C’est un mégaprojet qui est en perspective entre l’Algérie et la Chine. Il s’agit de l’association de deux entreprises chinoises, leaders mondiaux de l’industrie ferroviaire, avec une société algérienne qui vont lancer le projet de fabrication de wagons en Algérie d’une capacité de production de 2 000 unités par an. Si le lieu de l’implantation de l’usine n’est pas encore déterminé, le projet cible non seulement le marché algérien, mais aussi le marché africain, avec un transfert de technologie annoncé.

C’est sur un mégaprojet que l’Algérie et la Chine vont coopérer, ce qui positionnera l’Algérie en tant que leader dans l’industrie ferroviaire sur le marché africain. Un projet qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des liens bilatéraux et consolidera les relations économiques entre l’Algérie et la Chine, selon la China Civil Engineering Construction Corporation (CCECC) qui, avec la CRRC Yangtze, va entrer en partenariat avec la Société Algérienne de Transport des Produits Énergétiques (STPE).

Dans un communiqué rendu public hier, la CCECC et la CRRC Yangtze, ont annoncé leur intention de lancer une unité de fabrication de wagons à grande échelle en Algérie. « En marge de la récente visite du président de la République Abdelmadjid Tebboune en Chine, les parties concernées ont signé un accord pour la construction de cette usine de production », a-t-on indiqué, affirmant que l’usine aura une capacité de production de 2 000 wagons et autres matériels roulants ferroviaires par an.

L’usine fournira également des services d’entretien pour le parc ferroviaire national algérien. La CCECC qui dit que l’emplacement précis de l’usine reste à déterminer, des options potentielles sont cependant avancées. Il s’agit d’Annaba, d’Oran ou le Sud de l’Algérie. « Le choix définitif sera stratégiquement important pour le transport ferroviaire », a-t-on signalé.

Notant que « l‘initiative est conforme à la directive du président de la République, qui avait précédemment appelé à la création d’une industrie ferroviaire robuste en Algérie, en collaboration avec des partenaires étrangers de renommée », la CCECC a fait savoir que le taux d’intégration industrielle pourrait atteindre entre 25 et 35 %. Le projet ne va pas se limiter uniquement à la fabrication des wagons, un transfert de technologie est également prévu.  

« Le projet prévoit également un transfert technologique significatif de la Chine à l’Algérie, avec l’intention de produire localement certaines pièces de rechange », a-t-on précisé, affirmant que les solutions techniques innovantes de la CCECC, notamment dans la construction de voies ferrées dans des régions désertiques, pourraient contribuer à lutter contre la désertification en Algérie.-

Le choix de ces entreprises n’est pas fortuit. La CCECC et la CRRC Yangtze, sont considérées comme « deux leaders mondiaux de l’industrie ferroviaire ». Ils ont été choisis en raison de leur expertise et de leur présence mondiale.  La CCECC est en effet présente dans 110 pays et a une forte présence en Afrique, a-t-on précisé. Et ce n’est pas uniquement le marché algérien qui est ciblé par ce projet. C’est aussi le marché africain qui « présente une forte demande de matériel roulant ferroviaire », a-t-on signalé.

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile ?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email