-- -- -- / -- -- --
Nationale

Indignation et colère à Constantine

Indignation et colère à Constantine

La sûreté de wilaya a tenu, dans un communiqué diffusé hier, à saluer l’élan de solidarité des Constantinois, dont beaucoup n’ont pas hésité à se rendre au CHU pour se rassurer sur l’état de santé des deux policiers blessés lors de l’attentat.

Une situation peu commode et qui semble en tout cas avoir profondément « touché » ce corps sécuritaire. Tout Constantine s’est réveillé hier sous le choc. L’attentat qui a secoué la veille le quartier de Bab El-Kantra a suscité indignation et colère chez les habitants de la cité. Pour beaucoup, l’attentat, fort heureusement déjoué par un policier en faction au niveau du siège du 13e arrondissement de la sûreté urbaine, confirme la présence, et ce depuis au moins une année, d’éléments se réclamant d’un groupe terroriste proche de l’EI (Etat islamique) à l’origine, rappelons-le, du meurtre au mois d’octobre dernier d’un policier à Ziadia.

Mais il n’est pas aussi à écarter que l’agression d’hier devrait servir de mise en garde et pousser les services de sécurité à plus de vigilance. 

Un attentat à la ceinture explosive visant le siège du 13e arrondissement de la sûreté urbaine a été déjoué dimanche vers 20h30, par un des agents en poste. Deux policiers ont été légèrement blessés lors de l’attaque dans laquelle le kamikaze a été tué et dont l’identité n’a toujours pas été révélée.

Une explosion de forte intensité avait secoué toute la région de Bab El-Kantra, créant un vent de panique qui se propagera très vite dans toute la ville.

Un communiqué ne tardera pas à être diffusé par la sûreté de wilaya dans lequel il était précisé qu’ »un policier qui était devant le siège du commissariat situé au-dessous d’un bâtiment abritant une dizaine de familles a riposté énergiquement et héroïquement, après plusieurs sommations, ciblant avec précision la ceinture explosive portée par un terroriste « .

La même nuit, des rumeurs ont aussi été colportées moins de deux heures après cette explosion sur une éventuelle attaque qui aurait visé cette fois-ci le commissariat de la cité Boudjnana à l’autre bout de la ville de Ponts. Ces tumultes, rendus possibles par des tirs entendus aux alentours du siège du 6e arrondissement, ont été suivis d’une rafle aux alentours poussant quelques jeunes noctambules à vite rentrer chez eux.

L’attaque de Bab El-Kantra est la deuxième menée en moins de quatre mois par les terroristes activant dans la région. Le 28 octobre dernier, un attentat à l’arme automatique a visé dans un restaurant un policier dans le quartier de Ziadia. L’agent, âgé d’une trentaine d’années, a perdu la vie lors de l’attaque. De vastes opérations de recherche des auteurs, lesquels ont été identifiés, seront alors menées plusieurs jours après par les services de sécurité.

Rappelons par ailleurs que l’attentat avait coïncidé avec la présence à Constantine du général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire.

Le général avait effectué durant deux jours, les 26 et 27, une visite de travail et d’inspection qui l’avait mené sur différents sites militaire relevant de la 5e région militaire, dont celui du complexe industriel de montage des véhicules blindés à roues de Aïn S’mara, à une dizaine de kilomètres à l’ouest de Constantine. Il devait aussi s’enquérir de la situation sécuritaire dans la région ainsi que de l’état de préparation des unités opérationnelles des forces armées.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email