Incendies de forêt, leurs causes et conséquences – Le Jeune Indépendant
-- -- -- / -- -- --


Energies Environnement

Incendies de forêt, leurs causes et conséquences

Incendies de forêt, leurs causes et conséquences

Les feux se répandent comme une trainée de poudre, et cela n’échappe à personne de dire que nous sommes entrés dans l’ère des extrêmes associant tempêtes, inondations, sécheresses et canicules.

Un feu de forêt incontrôlé peut tout dévaster sur son passage, se propager à des kilomètres, franchissant les habitations, les rivières et les routes et bouleversant une faune et une flore. Si les feux de forêt ont des conséquences différentes sur l’environnement, selon leur importance et leur fréquence, les causes sont elles aussi diverses.

Le changement climatique et les feux de forêt se renforcent mutuellement, car, presque tous les habitats, qu’il s’agisse de forêts, de steppes, de prairies, de savanes, sont sensiblement affectés par les conséquences des changements climatiques : changements dans le cycle des pluies, dans la quantité d’eau et d’humidité présente dans le sol, dans l’énergie des vents, dans les sécheresses fréquentes, dans l’assèchement, et dans la désertification progressive qui avance sur la planète. L’homme devenu victime de son côté ostensible et excessif en est la cause.

Des causes de plus en plus liées aux activités humaines
Il y a encore quelques centaines d’années, les feux de forêt étaient une « activité » naturelle causée la plupart du temps par des phénomènes rares, comme une éruption volcanique ou un tremblement de terre, qui se produisent dans des zones géographiques très spécifiques. Ce n’est donc pas eux mais la foudre qui est la principale responsable des départs de feux de forêts d’origine naturelle.

D’autres circonstances exceptionnelles et phénomènes très inhabituels – comme la collision de deux roches siliceuses produisant une étincelle –, peuvent également avoir un impact sur les incendies. Les incendies d’origine naturelle sont souvent assez vite canalisés puisqu’ils n’ont généralement qu’un seul foyer.

Mais aujourd’hui, ces causes naturelles sont beaucoup moins fréquentes et laissent désormais place aux activités humaines, qu’elles soient volontaires ou non :
• Les feux de forêts causés par l’Homme sont liés à des imprudences (mégots, dépôts d’ordures, écobuage). Ils peuvent également survenir à la suite de surtensions, d’un endommagement des lignes électriques. Enfin, les imprudences sont souvent liées aux activités de loisirs, aux travaux agricoles ou forestiers.

• Les feux de forêts causés par l’homme sont le fait de pyromanes, de vengeance ou de stratégie politique ou administrative. Comme on distingue aussi des feux de forêt qui sont d’origine inconnue.

Lorsque la fréquence des feux de forêt dans une région donnée est élevée, les conséquences peuvent être dévastatrices. Si certains spécialistes considèrent le feu comme une aubaine pour l’écosystème (élimination des parasites et des plantes malades, augmentation de la diversité des plantes et des animaux…), n’oublions pas que les cycles naturels des forêts sont perturbés et que certaines espèces indigènes disparaissent, tandis que les plantes envahissantes prolifèrent. Les feux de forêt augmentent les niveaux de dioxyde de carbone dans l’atmosphère, contribuant à l’effet de serre et au changement climatique.

De plus, les cendres détruisent une grande partie des éléments nutritifs et érodent le sol, provoquant des inondations et des glissements de terrain.

L’utilisation de produits chimiques dans la lutte contre les incendies ajoute un problème supplémentaire aux conséquences déjà dramatiques des incendies de forêt. En effet, les substances chimiques contenus dans les « retardateurs de flammes » utilisés pour éteindre les incendies (comme le Fire-Trol) s’accumulent dans le sol pendant des années. Ce qui met en évidence la présence de polyphosphate d’ammonium, connu pour modifier la fertilité des sols, la biodiversité et affecter la composition de la végétation.

Une période de sécheresse rend les incendies redoutables, et les incendies ont toujours constitué une menace pour nos forêts. Aujourd’hui, avec le changement climatique en cours, le risque s’aggrave un peu plus. Mais les départs de feu ne sont pas tous naturels…

La canicule cause des incendies

Rappelons que pour qu’un feu se déclenche, il est indispensable de réunir trois ingrédients : un combustible, un comburant et aussi une énergie d’activation, une source de chaleur.

Dans le cas des feux de forêt, la végétation tient lieu de combustible, l’air et l’oxygène qu’il contient jouent le rôle de comburant et la moindre étincelle peut alors suffire à apporter une énergie d’activation suffisante.

Lorsque la température est élevée et que la pluie vient à manquer, une large part de l’eau contenue dans les tissus des plantes qui constituent les forêts s’évapore. Les feuilles constituent alors un combustible de choix, d’autant qu’elles offrent une large surface de contact avec le comburant oxygène. La moindre étincelle peut alors venir enflammer des brindilles, puis des herbes sèches, des buissons, des arbres et enfin, la forêt tout entière.

Des causes naturelles et anthropiques aux incendies de forêt
Moins de 10 % des départs de feu en forêt seraient d’origine naturelle. C’est généralement la foudre et les orages secs qui sont responsables. Dans ce cas, pas grand-chose à faire pour prévenir les incendies, si ce n’est un débroussaillage régulier. Les opérations de surveillance de la forêt, grâce à des tours de guet notamment, peuvent par ailleurs limiter les conséquences de ces feux.

Pas moins de la moitié des feux de forêt sont dus à l’imprudence : un mégot de cigarette mal éteint jeté au sol, un barbecue mal maîtrisé, etc. C’est pourquoi des consignes portant sur les gestes dangereux sont régulièrement diffusées au sein de la population, dans les régions à risque notamment. Autre cause d’incendie : les accidents comme ceux qui peuvent se produire autour de transformateurs électriques ou de voitures en feu.

Enfin, la dernière cause, et pas des moindres, est celle liée à des actes de malveillance. Près de 40 % des feux de forêt sont allumés volontairement par des pyromanes touchant ainsi les maquis, les garrigues ou encore les landes.

Comment de développe un incendie ?
Pour qu’il y ait inflammation et combustion, trois facteurs doivent être réunis : Présence d’un combustible (n’importe quel matériau pouvant brûler) ; présence d’une source externe de chaleur (flamme ou étincelle) ; présence d’oxygène pour alimenter le feu.

Un feu peut prendre différentes formes selon les caractéristiques de la végétation et les conditions climatiques dans lesquelles il se développe.

• Les feux de sol. Ils brûlent la matière organique contenue dans la litière, l’humus ou les tourbières. Alimentés par incandescence avec combustion, ces feux ont une faible vitesse de propagation.

• Les feux de surface. Ils consument les strates basses de la végétation et se propagent en général par rayonnement ou convection. Ils affectent la garrigue ou les landes.

• Les feux de cimes. Ils atteignent la partie supérieure des arbres (ligneux hauts) et forment une couronne de feu qui libère en général de grandes quantités d’énergie. Leur vitesse de propagation est très élevée et ils sont particulièrement intenses et difficiles à contrôler lorsque le vent est fort et le combustible sec.

Quelques précautions à prendre au quotidien
Entretenez les chemins d’accès pour permettre la circulation des véhicules de pompiers ; respectez les obligations légales en matière de débroussaillement autour de votre maison ; espacez et élaguez les arbres ; maintenez les feuillages à plus de 3 mètres de l’habitation ; ratissez les aiguilles ; nettoyez les gouttières ; évitez de planter les espèces très inflammables (comme le cyprès) ; vérifiez l’état des fermetures et de la toiture et évitez les matériaux inflammables (clôtures, gouttières en PVC, tas de bois contre la maison).

En cas d’incendie, que faire ?
Informez les pompiers. Recherchez un abri en fuyant dos au feu. Respirez, si possible, à travers un linge humide. Ne sortez pas de votre voiture si vous êtes surpris par un front de flammes. Fermez les bouteilles de gaz (éloignez celles qui sont à l’extérieur). Fermez et arrosez vos volets, portes, fenêtres. Occultez les aérations avec des linges humides. Enlevez les éléments combustibles (linge, mobilier PVC, tuyaux…)

Habillez-vous avec des vêtements de coton épais couvrant toutes les parties du corps, n’utilisez surtout pas de tissus synthétiques, ayez à portée de main des gants de cuir, une casquette, des lunettes enveloppantes, un foulard et des chaussures montantes si possible en cuir.
Sortez protégé (chaussures et gants en cuir, vêtements coton, chapeau). Éteignez les foyers résiduels en les arrosant abondamment. Inspectez votre habitation, en recherchant et surveillant les braises qui auraient pu s’introduire sous les tuiles ou par des orifices d’aération. Prenez des nouvelles de vos voisins, et le cas échéant, apportez-leur votre aide.
Prenez soin de la nature, et la nature prendra soin de vous !

Veuillez activer JavaScript dans votre navigateur pour remplir ce formulaire.

Cet article vous-a-t-il été utile?

Cet article vous-a-t-il été utile?
Nous sommes désolés. Qu’est-ce qui vous a déplu dans cet article ?
Indiquez ici ce qui pourrait nous aider a à améliorer cet article.
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email