-- -- -- / -- -- --
Nationale

Impressionnante marche contre le 5e mandat Béjaïa

Impressionnante marche contre le 5e mandat Béjaïa

Des dizaines de milliers de personnes sont sortis ce vendredi dans la rue et ont marché dans la ville de Béjaïa. Hommes, femmes, vieux et veilles, jeunes et moins jeunes ont investis la rue dans un ultime avertissement au pouvoir afin d’annuler l’élection présidentielle prochaine et partir sans délai.
A l’instar des populations des autres wilayas du pays rien ne semble arrêter les Béjaouis dans leur quête d’un changement pacifique et radical du système, la rupture avec celui-ci et enfin mettre fin à la crise qui a s’est éternisée et qui a entamé la patience des Algériens qui ne cherchent qu’à vivre en paix, dans la dignité et profiter des richesses de leur pays et leur répartition de manière équitable.
Une dignité bafouée par les égarements de certains qui n’ont pas su entendre les cris de détresse des populations qui n’ont pas cessé de réclamer une vie descente tout au long de ces dernières années. La déferlante citoyenne s’est ébranlée de la maison de la culture envers le siège de la wilaya via le boulevard de la liberté. Une liberté retrouvée. « Le peuple comme un seul homme », « Peuple, seul héros » sont des slogans brandis avec l’emblème national par des centaines de citoyens. La foule grossissait de plus en plus et des slogans sont scandés à gorge déployée : « Y’en a marre de ce pouvoir, y’en marre de ce pouvoir » ou « Silmia Silmia ». Des pancartes sont arborées avec des slogans hostiles au pouvoir : Bouteflika, Ouyahia, UGTA, Sellal et les autres noms dont des ministres connus ainsi que des hommes d’affaires, les partis RND le FLN.
C’est dire, en fait, la détermination du peuple à imposer la rupture avec le système actuel cette fois-ci. Le peuple a rejeté le 5e mandat exigeant « l’annulation de la joute présidentielle du mois prochain, la dissolution de l’APN, la mise en place d’un gouvernement d’union nationale représentatif de toutes les forces vives du pays, l’organisation d’une période de transition pour la préparation d’une présidentielle et enfin la préparation d’une assemblée constituante » afin de mettre fin et dans la célérité absolue, à la crise qui a empoisonné le pays pendant plusieurs décennies.
Ces premières mesures aboutiront forcément à « la rédaction d‘une nouvelle constitution ou une révision profonde de la constitution avec une limitation des mandats, le respect des constantes nationales (langues nationales et officielles Islam comme religion du pays » et l’armée sera la garante de ce processus qui doit être calme, estiment certains.
Il s’agit, de faire, selon des manifestants, table rase du passé, ouvrir une nouvelle page, une page blanche de notre histoire et panser les blessures, arrêter l’évasion de l’élite et l’immigration clandestine de notre jeunesse vers des pays étrangers. Notons que d’autres marches ont eu lieu dans certaines grandes communes de la wilaya notamment, à Tazmalt. Une importante foule a sillonné les rues de la ville juste après la prière du vendredi. Et une grandiose marche des lycéens a eu lieu à Akbou jeudi dernier. Une autre marche a été organisée ce vendredi après-midi par plusieurs centaines de personnes sur la RN 26 depuis Allaghan vers Akbou. Ce sont les populations des communes d’Ighil-Ali, Aït R’zine, Boudjéllil et d’autres habitants des villages voisins qui ont investis la route nationale. 

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email