-- -- -- / -- -- --
Nationale

Importation de médicaments: une facture de 2 milliards de dollars en 10 mois

Importation de médicaments: une facture de 2 milliards de dollars en 10 mois

La facture des importations de médicaments a dépassé la barre de 2 milliards de dollars durant les 10 premiers mois de l’année.

Un prix fort qui s’explique par le souci des pouvoirs publics d’assurer une couverture sanitaire globale, et aussi parce que la production locale n’assure même pas 40 % des besoins du marché national.

Selon les chiffres des douanes rapportés par l’APS, le coût des importations des produits pharmaceutiques a grimpé de 25 % durant cette période par rapport à celle de l’année d’avant, passant de 1,65 milliard de dollars à 2,07 milliards. Mais en termes de quantités, l’Algérie a réduit ses importations de 4,1 % puisque celles-ci se sont établies à 25 386 tonnes, contre 26 471 tonnes à la même période de 2013.

Les spécialistes attribuent cette hausse excessive des coûts des médicaments importés à l’acquisition par l’Etat de différents types de médicaments dont les anticancéreux, extrêmement coûteux, et au souci d’assurer une couverture globale en évitant les ruptures récurrentes des stocks.

Les médicaments anticancéreux importés par la Pharmacie centrale des hôpitaux (PCH) durant 2014 représentent 42 % de l’ensemble des médicaments importés. Globalement, les médicaments à usage humain représentent 95,8% du volume global des importations nationales en produits pharmaceutiques.

Durant la période de référence, elles se sont accrues à 1,98 milliard de dollars, contre 1,58 milliard durant les dix premiers mois de 2013, soit une hausse de 25,36 %. Les produits parapharmaceutiques ont atteint 56,81 millions de dollars, contre 47,74 millions, selon la même source. Quant aux importations des médicaments à usage vétérinaire, elles sont passées de 25,4 millions de dollars à 29,6 millions. En 2013, les importations nationales en médicaments et produits pharmaceutiques avaient totalisé 2,28 milliards de dollars.

Selon les économistes, le marché national des médicaments représente plus de trois milliards de dollars dont plus de deux milliards profitent aux opérateurs étrangers. Pour en faire bénéficier les opérateurs nationaux et réduire les coûts excessifs des soins, les professionnels du secteur appellent les pouvoirs publics à investir dans l’industrie pharmaceutique, d’autant que le pays dispose d’un potentiel pharmaceutique important.

« Si les projets d’investissement dans le domaine de l’industrie pharmaceutique se concrétisent, ils permettront de placer l’Algérie en position de force non seulement pour couvrir le marché national, mais surtout pour exporter », avait affirmé récemment le président de l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie (UNOP), Abdelouahed Kerrar.

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email