-- -- -- / -- -- --
Nationale

Ils interpellent le ministre Zeghmati : Grogne des greffiers de la cour d’Alger

Ils interpellent le ministre Zeghmati : Grogne des greffiers de la cour d’Alger

En signe de protestation et de contestation contre la détérioration des conditions de travail et la non-prise en charge de leurs revendications socioprofessionnelles, les fonctionnaires de la cour d’Alger, c’est-à-dire les greffiers, les commis greffiers et les employés ont paralysé ce dimanche les différents services de cette importante juridiction.

Les greffiers se sont rassemblés tout au long de la journée d’hier dans le hall du palais de la Justice, dans l’enceinte même de la juridiction, et ont scandé des slogans dans lesquels ils demandent au premier responsable du secteur de la justice, Belkacem Zeghmati, de se pencher sur leurs revendications qu’ils estiment légitimes : « Rétablissez le greffier dans ses droits M. le Ministre, nos droits sont bafoués. Nous insistons sur la prise en charge de toutes nos revendications socioprofessionnelles ».

Les fonctionnaires de la cour d’Alger disent interpeller le ministre de la Justice pour trouver des solutions adéquates aux problèmes auxquels ils sont confrontés : « M. Zeghmati connaît bien la maison. Il nous a promis de nous rétablir dans nos droits lorsqu’il est revenu en qualité de procureur général près la cour d’Alger. Aujourd’hui, il est le premier responsable du secteur, nous l’invitons donc à réagir et à respecter ses engagements ».

Les fonctionnaires de la cour d’Alger exigent, par ailleurs, l’augmentation des salaires car ils estiment que les « salaires qu’ils perçoivent ne répondent pas aux exigences de l’heure et qu’ils n’arrivent plus à subvenir aux besoins de leurs familles, notamment de leurs enfants ».

Le mouvement de protestation organisé hier est le troisième du genre en un mois. Les greffiers de la cour d’Alger, faut-il le rappeler, menacent de paralyser les sept tribunaux relevant de l’autorité de la cour d’Alger jeudi prochain par une grève générale qui risque de durer des jours jusqu’à satisfaction de toutes leurs revendications, qu’ils estiment « légitimes ».

Commentaires
Email
Mot de passe
Prénom
Nom
Email
Mot de passe
Réinitialisez
Email